18.8 C
Paris
mercredi, août 4, 2021

La Grèce tente d’éloigner la Libye de l’influence turque

Must read

En Turquie et en Grèce, une canicule et des feux d’une ampleur historique

Des hommes rassemblent des moutons pour les éloigner d’un incendie qui progresse, le 2 août 2021, à Mugla, en Turquie. YASIN AKGUL / AFP

En Turquie, une centrale thermique menacée par les incendies – Le Monde

Le Monde, 3 août 2021 Sur les 156 incendies déclarés en une semaine en Turquie, neuf sont toujours actifs. La Grèce affronte, de son côté, une...

Ces esclaves que l’État islamique détient en Turquie – Journal du Dimanche

JDD, 26 juillet 2021, Killian Cogan Aux portes de la ville, un imposant panneau à l'effigie d'un ­Atatürk contemplatif. Plus loin, des femmes portant le...

Controversial cleric’s ‘modesty call’ to Turkish volleyball team bounces back at him – Al-Monitor

Al-Monitor, July 27,2021, Nazlan Ertan, image: Mert Bülent Uçma Following a victory by the Turkish women's volleyball team over China at the Tokyo Olympics, the...

Le Monde, 7 Avril 2021, Marina Rafenberg, Frédéric Bobin

Le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, appelle le nouveau gouvernement  d’unité nationale libyen à résilier un accord maritime signé en 2019 avec Ankara.

A l’heure où le nouveau gouvernement libyen baigne dans une douce euphorie diplomatique – illustrée par un intense calendrier de visites de dignitaires étrangers à Tripoli –, la nécessité de trouver un point d’équilibre entre la Turquie et la Grèce s’annonce déjà comme l’un de ses défis les plus aigus en politique étrangère. Le déplacement qu’a effectué mardi 6 avril le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, dans la capitale libyenne a démontré toute la difficulté de la tâche.

« Que ceux qui ont essayé de remettre en question nos relations dans le passé restent en retrait », a lancé M. Mitsotakis lors de sa rencontre avec son homologue libyen, Abdelhamid Dbeibah, nommé en février à la tête d’un nouveau gouvernement d’« unité nationale » (GUN) réunifiant – pour la première fois depuis 2014 – la Tripolitaine (Ouest) et la Cyrénaïque (Est), dont l’affrontement avait plongé le pays dans la guerre civile. Ceux que M. Mitsotakis appelle à « rester en retrait » ne sont autres que les Turcs. Et la tâche s’annonce ardue, alors qu’Ankara s’est taillé une véritable sphère d’influence en Tripolitaine à la faveur de la « bataille de Tripoli » (avril 2019-juin 2020).

A l’époque, le soutien militaire déployé par les Turcs en faveur du gouvernement d’« accord national » (GAN) de Faïez Sarraj – de facto abandonné par la communauté internationale qui l’avait pourtant installé au pouvoir en 2016 – avait permis de bouter hors de la Libye occidentale les forces assaillantes du maréchal Khalifa Haftar.

En échange de cet appui vital pour le GAN, M. Sarraj avait dû signer avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, un accord de délimitation des frontières maritimes qui avait attisé la crise en Méditerranée orientale. Le gouvernement grec avait dénoncé un accord qui « supprime entièrement de la carte certaines îles grecques », notamment la Crète, Karpathos, Rhodes ou Kastellorizo. Il avait orchestré une riposte diplomatique en signant notamment dans la foulée un accord pour la construction du gazoduc EastMed avec Israël et Chypre, destiné à acheminer le gaz méditerranéen vers l’Europe. A l’été 2020, Ankara et Athènes connaissaient une des pires crises de leur histoire avec l’envoi d’un navire de prospection sismique, l’Oruç-Reis, et de bâtiments de guerre turcs dans des zones disputées par les deux pays, proches de l’île grecque de Kastellorizo.

« Effacer les erreurs »

Que va devenir le fameux accord maritime signé entre Tripoli et Ankara dans le nouveau contexte libyen marqué par l’effort de réconciliation entre anciens belligérants ? Logiquement, Athènes réclame sa résiliation. Appelant à « corriger et effacer les erreurs commises durant la phase précédente », M. Mitsotakis a demandé à Tripoli « l’annulation des documents illégaux présentés comme des accords entre Etats alors qu’ils n’ont aucune valeur juridique ». Il a également rappelé qu’Athènes et Rome avaient, de leur côté, récemment signé un accord de délimitation de leurs frontières maritimes et a invité Tripoli à suivre la même voie en acceptant de « reprendre les discussions sur le sujet arrêtées depuis 2010 ».

Les Européens soutiennent Athènes dans cette affaire de frontières maritimes. « L’accord n’aura de valeur juridique, en droit interne comme en droit international, que s’il est validé par le Parlement libyen, affirme une source française. A défaut, il doit être considéré comme nul et non avenu. » Or le Parlement libyen, jusque-là contrôlé par les partisans du maréchal Haftar, n’a jamais ratifié le document, détail confortant ceux qui lui nient toute légalité.

« Il faudra contourner l’accord à défaut de pouvoir l’annuler », ajoute une source diplomatique européenne. Mais comment faire fi de ce document illustrant la percée diplomatique d’Ankara en Libye, alors même que l’influence turque s’est accrue en Tripolitaine, là même ou siège le pouvoir du nouveau premier ministre Dbeibah ? A la faveur de la « bataille de Tripoli », les forces turques se sont massivement implantées sur la base aérienne de Watiya, non loin de la frontière tunisienne, ainsi que sur les bases navales de Khoms et de Misrata, à l’est de la capitale libyenne.

En outre, M. Dbeibah, richissime homme d’affaires de Misrata – ville historiquement très liée à l’espace ottoman –, a noué dans le passé d’intenses liens d’affaires avec la Turquie. D’où sa prudence. « Nous soulignons l’importance de tout accord susceptible d’apporter des solutions adéquates tout en préservant les droits de la Libye, de la Grèce et de la Turquie », a-t-il précisé mardi en réponse à M. Mitsotakis. « Préserver les droits de la Turquie » : là pourrait être la limite de l’effort de normalisation entre Athènes et Tripoli.

More articles

Latest article

En Turquie et en Grèce, une canicule et des feux d’une ampleur historique

Des hommes rassemblent des moutons pour les éloigner d’un incendie qui progresse, le 2 août 2021, à Mugla, en Turquie. YASIN AKGUL / AFP

En Turquie, une centrale thermique menacée par les incendies – Le Monde

Le Monde, 3 août 2021 Sur les 156 incendies déclarés en une semaine en Turquie, neuf sont toujours actifs. La Grèce affronte, de son côté, une...

Ces esclaves que l’État islamique détient en Turquie – Journal du Dimanche

JDD, 26 juillet 2021, Killian Cogan Aux portes de la ville, un imposant panneau à l'effigie d'un ­Atatürk contemplatif. Plus loin, des femmes portant le...

Controversial cleric’s ‘modesty call’ to Turkish volleyball team bounces back at him – Al-Monitor

Al-Monitor, July 27,2021, Nazlan Ertan, image: Mert Bülent Uçma Following a victory by the Turkish women's volleyball team over China at the Tokyo Olympics, the...

Conflit en Afghanistan : la Turquie se prépare à un afflux de migrants – La Croix

La Croix, 30 juillet 2021, Caroline Vinet, image: Reuters La Turquie construit actuellement un mur à sa frontière avec l’Iran pour empêcher le passage des...