33 C
Paris
jeudi, août 11, 2022

La Turquie s’apprête à lancer une nouvelle intervention militaire au nord de la Syrie – Le Monde/Marie Jégo

Must read

« At summit, Erdogan, Putin still divided on SyriaRead more ». Al Monitor staff 

Ankara agreed said Al Monitor on the 5th of August 2022 that part of its natural gas payments to Moscow would be switched to...

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d'assemblages irréguliers de bois secs....

Turkey’s Mission Becomes More Difficult If Attacks on Ukrainian Ports Continue- PANORAMA/Selmin Seda Coşkun

Selmin Seda Coskun from the Thomas More Institute in Paris wrote in Panorama, Online of the 4th of August 2022, an indepth article...

L’accord céréalier, un succès diplomatique pour le président Erdogan. LE MONDE/Marie Jégo

Après la sécurisation du passage d’un premier cargo, le président turc rencontre Vladimir Poutine vendredi, à Sotchi, pour parler notamment de l’Ukraine et de...

« Le président Recep Tayyip Erdogan espère notamment prendre le contrôle de Kobané, actuellement aux mains des Kurdes syriens. Et raviver ainsi le sentiment nationaliste de l’électorat, à un an de l’élection présidentielle » dit Marie Jégo dans Le Monde du 27 mai 2022. 

La Turquie s’apprête à lancer une nouvelle opération militaire au nord de la Syrie. Annoncés quelques jours plus tôt par le président Recep Tayyip Erdogan, les plans en vue d’une incursion transfrontalière ont été avalisés, jeudi 26 mai, par le conseil de sécurité, composé de dirigeants civils et militaires.

Aucune date n’a été donnée mais le communiqué publié à l’issue de la réunion ne laisse aucun doute. « Les opérations existantes et nouvelles à mener visent à débarrasser nos frontières sud de la menace terroriste. »

Les opérations existantes sont celles que l’armée turque mène actuellement au nord de l’Irak afin d’en déloger le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, autonomiste, interdit en Turquie), contre lequel Ankara est en guerre depuis quarante ans. Celles « à mener » auront pour théâtre le nord de la Syrie. Elles viseront à en chasser les combattants kurdes syriens YPG, soutenus par les Etats-Unis mais considérés comme des « terroristes » par la Turquie.

Trois incursions en Syrie depuis 2016

Le président Erdogan l’a dit, « il faut finir ce qui a été commencé », à savoir prolonger la « zone de sécurité », profonde de 30 kilomètres, conquise par l’armée turque et ses supplétifs syriens au fil des précédentes interventions (2016, 2018, 2019). Il s’agit de prendre le contrôle de la bande de terre qui reste, longue de 458 kilomètres entre la région d’Afrin, conquise par les Turcs en 2018, et la ville de Kamisli, à l’Est, où l’armée russe possède une base aérienne.

Au cœur de cette bande de terre se trouve la ville de Kobané, reconquise de haute lutte en 2014 par les combattants kurdes syriens YPG après avoir été assiégée par l’organisation Etat islamique (EI). Il y a dix jours, un poste militaire turc avait subi une attaque au mortier lancée depuis Kobané, selon le ministère turc de la défense, qui avait ordonné des représailles après la mort d’un soldat.

En lançant son armée à l’assaut des territoires tenus par les combattants kurdes syriens, M. Erdogan espère des retombées. Il compte raviver le sentiment nationaliste de l’électorat et renflouer du même coup sa popularité déclinante à environ un an d’une échéance cruciale, l’élection présidentielle prévue en juin 2023, qu’il n’aborde pas en favori.

Déjà utilisées à des fins électorales par le passé, les opérations militaires au nord de la Syrie ont pu renforcer son aura. L’armée turque a mené trois incursions dans le nord de la Syrie depuis 2016, dirigées principalement contre les combattants kurdes alliés des Etats-Unis.

La conquête de nouveaux territoires en Syrie s’inscrit dans le droit fil du plan annoncé récemment par le président turc, lequel prévoit le renvoi de plus d’un million de réfugiés syriens sur les 3,7 millions hébergés actuellement par la Turquie. Quelque 200 000 logements vont être construits dans « des zones sûres » situées « près de la frontière ».

Un moment bien choisi

L’accueil des Syriens est devenu un enjeu électoral en Turquie. Confrontée à des difficultés économiques croissantes, appauvrie par l’inflation (70 %), la population turque est de plus en plus hostile aux « invités », comme on les appelle ici.

Lire aussi : Les Etats-Unis face au marchandage de la Turquie, alors que la Suède et la Finlande veulent rejoindre l’OTAN – Le Monde/Piotr Smolar

Le moment de l’intervention est bien choisi. Contrairement à ce qui s’est passé précédemment, M. Erdogan n’a pas besoin cette fois-ci de demander la permission d’intervenir à son homologue russe, Vladimir Poutine, qui se retrouve isolé, pris par sa guerre en Ukraine. D’ailleurs, pour renforcer le front du Donbass, une bonne partie du contingent russe en Syrie, soit environ 5 000 hommes, a été évacuée.

Pas d’opposition à prévoir non plus de la part des alliés occidentaux. Le président turc est convaincu que ces derniers n’ont pas les moyens de s’opposer à ses visées expansionnistes en Syrie au moment où ils désespèrent d’obtenir son feu vert en vue de l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN.

Lire aussi : « Erdogan s’oppose à l’élargissement de l’OTAN » Le Monde/Marie Jégo

Les deux pays nordiques, en particulier la Suède, qui compte une large communauté d’exilés turcs d’origine kurde, sont accusés d’abriter des militants kurdes « terroristes ». L’obstruction promet de durer, les négociations menées jeudi à Ankara avec des émissaires suédois et finlandais n’ayant rien donné.

Mise en garde des Etats-Unis

Seuls les Etats-Unis, qui ont près de 1 000 soldats à l’est de la Syrie, ont émis une mise en garde. « Nous sommes profondément préoccupés par les informations et les discussions sur une activité militaire accrue potentielle dans le nord de la Syrie et, en particulier, sur son impact sur la population civile », a déclaré mardi Ned Price, le porte-parole du département d’Etat.

Lire aussi : En Turquie, l’inflation, à son plus haut depuis 2003, accable la population – Marie Jégo/Le Monde

Si Ankara passe outre cette mise en garde, le Congrès américain, sollicité depuis des mois par le gouvernement turc pour l’achat de chasseurs bombardiers F-16, risque de ne pas donner son feu vert. Les deux alliés sont durablement brouillés au sujet des combattants kurdes syriens. Ankara veut les éradiquer, tandis que Washington les soutient en tant que fers de lance du combat contre l’EI en Syrie.

La lutte contre l’EI occupe aussi la Turquie. Le site Oda TV, connu pour sa proximité avec les milieux policiers, a ainsi annoncé jeudi la capture d’Abu Hasan al-Hashemi al-Qurashi, le chef de l’organisation djihadiste, arrêté à Istanbul par des agents du contre-terrorisme.

En fait, l’arrestation a eu lieu il y a une semaine, mais l’identité du prévenu demandait à être vérifiée. Selon le site, il revient désormais au président Erdogan de l’annoncer. Si elle venait à être confirmée, la capture, à Istanbul, du chef de l’EI rappelle que l’organisation dispose de cellules dormantes et de « centres logistiques pour son financement » sur le sol turc, selon un rapport du Trésor américain daté de janvier 2021.

Le Monde, 27 mai 2022, Marie Jégo, Photo/OMAR HAJ KADOUR/AFP

More articles

Latest article

« At summit, Erdogan, Putin still divided on SyriaRead more ». Al Monitor staff 

Ankara agreed said Al Monitor on the 5th of August 2022 that part of its natural gas payments to Moscow would be switched to...

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d'assemblages irréguliers de bois secs....

Turkey’s Mission Becomes More Difficult If Attacks on Ukrainian Ports Continue- PANORAMA/Selmin Seda Coşkun

Selmin Seda Coskun from the Thomas More Institute in Paris wrote in Panorama, Online of the 4th of August 2022, an indepth article...

L’accord céréalier, un succès diplomatique pour le président Erdogan. LE MONDE/Marie Jégo

Après la sécurisation du passage d’un premier cargo, le président turc rencontre Vladimir Poutine vendredi, à Sotchi, pour parler notamment de l’Ukraine et de...

« Turkey’s inflation hits almost 80% as Erdogan insists on low-rate policy ». Mustafa Sönmez/AL MONITOR

"Despite a relative slowdown in July, Turkey’s consumer inflation appears on course to overshoot the central bank’s newly revised year-end forecast of 60.4%" says...