16.5 C
Paris
samedi, août 20, 2022

Vu de Turquie. Les Russes ont perdu la main dans la Guerre en Ukraine – Courrier International

Must read

« At summit, Erdogan, Putin still divided on SyriaRead more ». Al Monitor staff 

Ankara agreed said Al Monitor on the 5th of August 2022 that part of its natural gas payments to Moscow would be switched to...

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d'assemblages irréguliers de bois secs....

Turkey’s Mission Becomes More Difficult If Attacks on Ukrainian Ports Continue- PANORAMA/Selmin Seda Coşkun

Selmin Seda Coskun from the Thomas More Institute in Paris wrote in Panorama, Online of the 4th of August 2022, an indepth article...

L’accord céréalier, un succès diplomatique pour le président Erdogan. LE MONDE/Marie Jégo

Après la sécurisation du passage d’un premier cargo, le président turc rencontre Vladimir Poutine vendredi, à Sotchi, pour parler notamment de l’Ukraine et de...

« Retrait des troupes russes de la région de Kiev, avalanche de sanctions contre Moscou, livraisons d’armes à l’Ukraine : pour le quotidien turc progouvernemental “Sabah”, Moscou a durablement perdu la maîtrise du conflit » rapporte Courrier International du 21 avril 2022.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, nous en observons les développements à travers le prisme des initiatives russes. Où vont-ils attaquer ? Quel est leur véritable objectif ? Quels types d’arme utilisent-ils ? Quand accepteront-ils de signer la paix ?

Jusqu’ici, il était logique de se poser ces questions, car c’était Moscou qui avait démarré les hostilités, et qui apparaissait comme le belligérant le plus fort. Mais à partir d’un certain moment, la Russie a commencé à perdre la main.

LIRE AUSSI  Ukraine. Des armes occidentales plus offensives changeront-elles la bataille du Donbass ? 

En montrant sa capacité à résister, l’Ukraine a pu bénéficier d’un soutien croissant de la part de l’Occident. Lorsque la Russie a abandonné la conquête de Kiev comme objectif militaire, il est apparu clairement qu’un nouveau chapitre s’ouvrait. Les Russes pensaient qu’ils pourraient très facilement atteindre l’objectif stratégique de toute guerre : faire perdre à l’adversaire la volonté de se battre. Mais, loin de conquérir Kiev, ils ne sont même pas parvenus à l’encercler totalement. Quant au renversement de Zelensky, c’est l’objectif inverse qu’ils ont atteint, en en faisant un héros. Désormais, la Russie n’est plus en capacité de décider seule comment cette guerre prendra fin.

Le temps joue contre la Russie

Que se passerait-il si la Russie parvenait néanmoins à conquérir davantage de terrain dans l’est de l’Ukraine ? Admettons qu’elle s’empare de tout le Donbass[région de l’est de l’Ukraine, où des combats opposent depuis 2014 les provinces sécessionnistes russophones de Louhansk et de Donetsk aux forces de Kiev, et où se concentre l’offensive russe depuis le retrait des environs de la capitale ukrainienne]. Ou même qu’elle pousse jusqu’à Dnipro et fasse du fleuve Dniepr la nouvelle ligne de front. Qu’elle conquière même Odessa et coupe tous les accès de l’Ukraine à la mer. Aucune de ces hypothétiques avancées n’aurait une importance stratégique suffisante pour décider du sort de la guerre.

L’Ukraine a perdu dix villes, elle peut en perdre dix de plus. Son accès à la mer est déjà coupé [par l’hégémonie de la flotte russe en mer Noire et en mer d’Azov]. Mais cela n’a pas d’importance, tant que le soutien de l’Occident à Kiev perdurera. Avec les sanctions économiques qui la frappent, le temps joue contre la Russie. L’Ukraine, elle, engrange davantage de soutien chaque jour qui passe. Dorénavant, mieux vaut donc regarder ce que font l’Occident et Zelensky plutôt que ce que fait la Russie. Les Russes ont commencé une guerre, mais ils en ont perdu l’initiative.

Courrier International, 21 avril 2022, Hasan Basri Yalçi

More articles

Latest article

« At summit, Erdogan, Putin still divided on SyriaRead more ». Al Monitor staff 

Ankara agreed said Al Monitor on the 5th of August 2022 that part of its natural gas payments to Moscow would be switched to...

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d'assemblages irréguliers de bois secs....

Turkey’s Mission Becomes More Difficult If Attacks on Ukrainian Ports Continue- PANORAMA/Selmin Seda Coşkun

Selmin Seda Coskun from the Thomas More Institute in Paris wrote in Panorama, Online of the 4th of August 2022, an indepth article...

L’accord céréalier, un succès diplomatique pour le président Erdogan. LE MONDE/Marie Jégo

Après la sécurisation du passage d’un premier cargo, le président turc rencontre Vladimir Poutine vendredi, à Sotchi, pour parler notamment de l’Ukraine et de...

« Turkey’s inflation hits almost 80% as Erdogan insists on low-rate policy ». Mustafa Sönmez/AL MONITOR

"Despite a relative slowdown in July, Turkey’s consumer inflation appears on course to overshoot the central bank’s newly revised year-end forecast of 60.4%" says...