16.5 C
Paris
samedi, août 20, 2022

« En Turquie, la bourde de trop d’un fidèle allié d’Erdogan » – Marie Jégo/Le Monde

Must read

« At summit, Erdogan, Putin still divided on SyriaRead more ». Al Monitor staff 

Ankara agreed said Al Monitor on the 5th of August 2022 that part of its natural gas payments to Moscow would be switched to...

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d'assemblages irréguliers de bois secs....

Turkey’s Mission Becomes More Difficult If Attacks on Ukrainian Ports Continue- PANORAMA/Selmin Seda Coşkun

Selmin Seda Coskun from the Thomas More Institute in Paris wrote in Panorama, Online of the 4th of August 2022, an indepth article...

L’accord céréalier, un succès diplomatique pour le président Erdogan. LE MONDE/Marie Jégo

Après la sécurisation du passage d’un premier cargo, le président turc rencontre Vladimir Poutine vendredi, à Sotchi, pour parler notamment de l’Ukraine et de...

« L’homme d’affaires Ethem Sancak, ancien maoïste habitué des imprécations anti-OTAN, a été poussé à la démission après avoir déclaré que l’AKP, le parti du président, était arrivé au pouvoir « avec le soutien des Etats-Unis » » dit Marie Jégo dans Le Monde.

Solidaire de l’OTAN dans la guerre lancée par le Kremlin contre l’Ukraine, soucieux aussi de ménager ses bonnes relations avec Vladimir Poutine, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, marche sur des œufs dans sa nouvelle gestuelle diplomatique. Son retour en grâce auprès de l’Alliance atlantique ne fait pas que des heureux au sein de son Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur).

Son plus fidèle allié, l’homme d’affaires Ethem Sancak, n’a pas supporté la perspective d’un rapprochement avec les alliés traditionnels de la Turquie. Depuis le début de l’agression russe contre l’Ukraine, cet entrepreneur atypique n’a pas cessé de critiquer l’OTAN et les Etats-Unis tandis qu’il encensait les actions du grand voisin du Nord.

Lire aussi Entre OTAN, Russie et Ukraine, Erdogan se positionne en faiseur de paix – Marie Jégo/Le Monde

Ancien maoïste acquis à la cause des « Eurasiens », à savoir les nationalistes souverainistes turcs partisans d’une alliance avec la Russie et la Chine contre l’Occident, M. Sancak est un membre éminent de l’AKP qui a ses entrées au palais et n’hésite pas à se décrire comme « le soldat » de M. Erdogan.

Imprécations antiatlantistes

Actionnaire de l’entreprise de chars BMC, fort d’un gros empire médiatique, Ethem Sancak, 64 ans, dont la richesse est estimée à 50 millions de dollars (45 millions d’euros), a toujours pu compter sur le soutien du président. N’est-il pas le plus fidèle d’entre les fidèles, lui qui s’était dit prêt, en 2015, « à sacrifier » sa mère, son père, sa femme et ses enfants pour le « reis », le chef suprême ?

Ses imprécations antiatlantistes, malvenues, car prononcées au moment même où Ankara tentait de regagner les faveurs de l’OTAN, seraient largement passées inaperçues, si elles n’avaient pas été suivies d’une grosse bourde. Convié à une conférence organisée par l’université de Marmara, le 31 mars à Istanbul, M. Sancak a déclaré que l’AKP, le parti présidentiel dont il est membre, « était arrivé au pouvoir avec le soutien des Etats-Unis ».

Lire aussi « Je me sens tellement impuissante » : l’écho de la guerre en Ukraine, sur le Bosphore

Consternation dans les rangs islamo-conservateurs. Pourquoi l’homme d’affaires, membre éminent du parti, se met-il à salir le président, son bienfaiteur ? Avait-il oublié ses faveurs, notamment l’attribution à BMC, en 2019, de la plus grande usine de maintenance de chars de Turquie, située dans la région de Sakarya ?

A l’époque, la transaction avait été critiquée par l’opposition et par les ouvriers de l’usine pour son manque de transparence. Mais rien n’était trop beau pour BMC, chargée de produire le char Altay de nouvelle génération, le fleuron de l’industrie de défense en plein essor. Sinon que la production du nouveau char a dû être retardée, les fournisseurs européens ayant refusé de fournir le moteur après l’intervention militaire turque lancée à l’automne 2019 contre les combattants kurdes de Syrie.

Démission de l’AKP

Plus remarquée que les déboires du char Altay, la bévue de M. Sancak a créé une onde de choc. Dans un pays friand de théories du complot, elle a suscité l’émoi de la classe politique. Le Parti républicain du peuple (CHP, opposition) s’en est inquiété, au point de réclamer une enquête afin de déterminer si M. Erdogan était oui ou non un agent à la solde de Washington.

Pour l’AKP, c’était la phrase de trop. Obligée de réagir, la branche stambouliote du parti a convoqué M. Sancak à un conseil de discipline afin de procéder à son « exclusion définitive ». Mais la procédure n’a finalement pas été engagée ; désireux d’éviter l’opprobre, le fauteur de troubles a choisi de démissionner du parti, vendredi 1er avril. Il restera malgré tout « fidèle à la cause de Recep Tayyip Erdogan », a-t-il expliqué dans une interview publiée le même jour dans le quotidien en ligne Yeniçag.

Lire aussi Turquie : sanctions ou pas, l’invasion russe de l’Ukraine fragilise l’économie. Marie Jégo – Le Monde

Qu’a-t-il voulu dire en parlant du soutien accordé par les Etats-Unis à M. Erdogan lors de son arrivée au pouvoir, en 2002 ? « Je n’ai rien dit de tel », a-t-il assuré. Sa langue aura fourché. Il aura été submergé par sa faconde anti-OTAN, dont il s’était déjà servi quelques semaines plus tôt à Moscou, où il était en visite, à la tête d’une délégation du Parti Vatan, la matrice des Eurasiens turcs.

Jouant à l’expert en politique étrangère, l’homme d’affaires, barbe soigneusement taillée, visage sévère, a donné, le 4 mars, une interview à la chaîne de télévision russe RBK dans laquelle il fustige l’OTAN, « la principale force criminelle dans le dossier russo-ukrainien ». L’Alliance, a-t-il affirmé, est une « honte pour la Turquie » ainsi qu’« un cancer, une tumeur qui vient du passé », impliquée, qui plus est, dans « tous les coups d’Etat » survenus sur le sol turc, y compris dans celui de 2016 qui a failli renverser M. Erdogan.

Défendre Kiev sans irriter Moscou

Quant aux drones Bayraktar TB 2 que la Turquie a fournis à l’Ukraine avant le conflit, « nous ne savions pas qu’ils seraient utilisés de cette manière lorsque nous les avons vendus », s’est-il justifié. Moins chers que leurs concurrents américains et chinois, les Bayraktar TB 2 ont prouvé leur efficacité en Syrie, en Libye, dans le Haut-Karabakh, faisant la fierté des autorités turques et celle de l’entreprise privée Baykar qui les produit. Des contrats ont été signés avec une dizaine de pays acheteurs, dont l’Ukraine, qui a reçu une vingtaine de drones avant le début du conflit.

Lire aussi « Le drone turc qui galvanise la résistance ukrainienne » – Jean-Pierre Filiu/Le Monde

Entre Moscou et Ankara, le sujet est sensible. Depuis le début de la guerre, l’ambassade d’Ukraine à Ankara ne manque pas une occasion de publier sur les réseaux sociaux des vidéos montrant les drones turcs en train de frapper des cibles militaires russes.

Un tel tapage n’a pas l’heur de plaire à Vladimir Poutine, que le président Erdogan veut convaincre d’arrêter la guerre. Défendre Kiev sans irriter Moscou, la voie est étroite. D’ores et déjà, la guerre a créé une scission dans l’entourage proche du numéro un turc. Entre les Eurasiens, qui ont pris fait et cause pour la Russie, et la famille Bayraktar, le fabricant des drones du même nom, qui est devenue le meilleur soutien du gouvernement pro-occidental ukrainien.

Le Monde, 6 avril 2022, Marie Jégo, Photo/BRENDAN SMIALOWSKI/AFP

More articles

Latest article

« At summit, Erdogan, Putin still divided on SyriaRead more ». Al Monitor staff 

Ankara agreed said Al Monitor on the 5th of August 2022 that part of its natural gas payments to Moscow would be switched to...

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d'assemblages irréguliers de bois secs....

Turkey’s Mission Becomes More Difficult If Attacks on Ukrainian Ports Continue- PANORAMA/Selmin Seda Coşkun

Selmin Seda Coskun from the Thomas More Institute in Paris wrote in Panorama, Online of the 4th of August 2022, an indepth article...

L’accord céréalier, un succès diplomatique pour le président Erdogan. LE MONDE/Marie Jégo

Après la sécurisation du passage d’un premier cargo, le président turc rencontre Vladimir Poutine vendredi, à Sotchi, pour parler notamment de l’Ukraine et de...

« Turkey’s inflation hits almost 80% as Erdogan insists on low-rate policy ». Mustafa Sönmez/AL MONITOR

"Despite a relative slowdown in July, Turkey’s consumer inflation appears on course to overshoot the central bank’s newly revised year-end forecast of 60.4%" says...