7.7 C
Paris
jeudi, octobre 28, 2021

PODCAST: à propros  » d’Istanbul rive gauche ». conversation de l’auteur avec Nora Şeni et Kerem Topu

Must read

Ariane Bonzon: « Un écrivain turc doit-il avoir fait de la prison pour plaire aux jurys littéraires français? » – Slate

La très bonne nouvelle du prix Femina étranger 2021 attribué à «Madame Hayat», "confirme le succès commercial récent d'Ahmet Altan et de l'une...

Turkey’s uncovering of Mossad-run spy ring unlikely to further worsen ties with Israel – Fehim Taştekin – Al-Monitor

"The Turkish media may be abuzz with reports about the foiling of a Mossad-run spy ring, but Israel appears unimpressed, and observers see no...

Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order – Entretien avec Bayram Balci et Nicolas Monceau

Bayram Balci et Nicolas Monceau et les dix contributeurs de Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order publié dans la collection du CERI...

En Turquie, les milieux d’affaires critiquent la politique économique d’Erdogan – Le Monde

"L’économie turque est entrée dans une nouvelle zone de turbulences. La chute de la livre et la mainmise du pouvoir sur la Banque centrale...

Sur le site de radio Cause Commune: lundi 18 novembre, à 15h

Cliquez sur le lien pour écouter dès à présent et à volonté le podcast https://cause-commune.fm/podcast/le-monde-en-questions-11/

À PROPOS DU LIVRE ISTANBUL RIVE GAUCHE, ÉRRANCES URBAINES ET BOHÊME TURQUE (1870 – 1980) TIMOUR MUHIDINE, CNRS éditions

CONTEXTE :

Voyage dans le temps et l’espace, cap sur les anciens quartiers de Galata et de Péra (ville basse et ville haute réunies, après le démantèlement des murailles de Galata), dans ce qui formera plus tard le 6ème arrondissement d’Istanbul, plus connu sous le nom de Beyoğlu.

Péra/Beyoğlu, à son apogée au 19ème siècle, incarne par excellence la ville cosmopolite, au point de former une ville dans la ville, au sein de Constantinople/Istanbul, trois fois capitale d’empire. Pour de multiples raisons, ce quartier se distingue d’autres quartiers d’Istanbul, notamment par son aspect architectural avec ses immeubles haussmanniens, ses passages, sa concentration exceptionnelle de non-musulmans (populations levantine, grecque, juive et arménienne), ses ambassades (qui deviendront des consulats lors de l’avènement de la République de Turquie et le transfert de la capitale à Ankara), ses cafés à la parisienne, ses théâtres, ses concerts, ses librairies, ses journaux, ses hôtels de luxe, ses magasins de luxe ou plus modestes, ses voyageurs, ses exilés (les Russes blancs notamment fuyant la Révolution de 1917) .

À l’époque où Istanbul/ Constantinople est un grand port commercial, Péra/Beyoğlu est un poumon économique de l’Empire où tout converge ou transite, où se concentrent grands et petits négoces ainsi que le secteur bancaire dont la Banque Camondo ou la Banque ottomane.

Beyoğlu fascine, Beyoğlu fait peur. La traversée du pont de Galata pour gagner Beyoğlu est en soi un voyage à l’étranger, en direction de l’Europe, de Paris (le français est à Péra la lingua franca) et Beyoğlu est à sa façon un petit Paris méditerranéen, avec sa vie intellectuelle, sa vie nocturne, l’esprit bohême. Pour ceux qui viennent d’Europe, le quartier n’est en revanche qu’un pâle reflet de l’occident orientalisé, tandis que l’altérité que Péra/ Beyoğlu incarne et met en scène fait peur à ceux qui n’y voient que lieu de perdition, lieu de tous les plaisirs et des tentations avec ses meyhane (tavernes), ses prostituées et sa pègre. Car on vient aussi à Beyoğlu pour s’encanailler.

Le livre de Timour Muhidine, d’une grande richesse, interroge les représentations littéraires de cet espace singulier qui émerge progressivement comme ville littéraire. Il nous invite à prendre le temps de flâner et déambuler, à la recherche des traces et des strates superposées du passé de Beyoğlu, lesquelles sont aussi l’une des sources d’inspiration de la littérature turque contemporaine.

INVITÉ.E.S :

  • Timour Muhidine, professeur de littérature turque à l’Inalco, traducteur et directeur de la collection « Lettres turques » aux éditions Actes Sud
  • Nora Şeni, historienne, professeur à l’Institut français de géopolitique à l’Université Paris 8, directrice entre 2008 et 2012 de l’Institut français des études anatoliennes à Istanbul
  • Kerem Topuz, interprète de conférence, historien de l’art, auteur du premier catalogue raisonné bilingue (en français et en turc) consacré au peintre turc Fikrat Moualla, de l’École de Paris

PAUSES MUSICALES :

« Tencere tava hep ayni hava » est un dicton pour dire : « rien ne change c’est toujours la même musique » (traduction littérale: « casserole poêle, toujours la même chanson »). R. T. Erdogan, alors Premier ministre, ayant expressément fait référence à cette expression pour qualifier le mouvement protestataire de Gezi au printemps 2013, des musiciens (les Kardes(h) Türküler) le prirent au mot en formant un orchestre instrumental à partir des seuls ustensiles de cuisine.

POUR ALLER PLUS LOIN :

  • Timour Muhedine, Istanbul Rive gauche, éditions du CNRS, 2019
  • Nora Şeni, Sophie le Tarnec, Les Camondo ou l’éclipse d’une fortune, Babel, 2018
  • Marc Ottavi et Kerem Topuz, Catalogue raisonné de l’œuvre Fikret Moualla (1903-1967). Ce premier tome est une suite logique d’« Anatomie d’une bohème », ouvrage paru en 2009 qui regroupait sur près de 300 pages les témoignages, anecdotes et souvenirs recueillis par Hıfzı Topuz (ISBN 978-2-9535012-0-9, Istanbul). L’ouvrage est disponible auprès du cabinet d’expertise Marc Ottavi. Un deuxième tome du catalogue raisonné est en cours de préparation.
ET PLUS DE MUSIQUE :

More articles

Latest article

Ariane Bonzon: « Un écrivain turc doit-il avoir fait de la prison pour plaire aux jurys littéraires français? » – Slate

La très bonne nouvelle du prix Femina étranger 2021 attribué à «Madame Hayat», "confirme le succès commercial récent d'Ahmet Altan et de l'une...

Turkey’s uncovering of Mossad-run spy ring unlikely to further worsen ties with Israel – Fehim Taştekin – Al-Monitor

"The Turkish media may be abuzz with reports about the foiling of a Mossad-run spy ring, but Israel appears unimpressed, and observers see no...

Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order – Entretien avec Bayram Balci et Nicolas Monceau

Bayram Balci et Nicolas Monceau et les dix contributeurs de Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order publié dans la collection du CERI...

En Turquie, les milieux d’affaires critiquent la politique économique d’Erdogan – Le Monde

"L’économie turque est entrée dans une nouvelle zone de turbulences. La chute de la livre et la mainmise du pouvoir sur la Banque centrale...

Fehim Taştekin: « Turkey sends mixed signals over Syrian mercenaries in Libya » – Al-Monitor

"Turkey’s withdrawal of a limited number of Syrian militia from Libya is aiming to sidestep potential accusations of spoiling the election process in the...