7.7 C
Paris
jeudi, octobre 28, 2021

Recep Tayip Erdogan s’en prend au mouvement LGBT

Must read

Ariane Bonzon: « Un écrivain turc doit-il avoir fait de la prison pour plaire aux jurys littéraires français? » – Slate

La très bonne nouvelle du prix Femina étranger 2021 attribué à «Madame Hayat», "confirme le succès commercial récent d'Ahmet Altan et de l'une...

Turkey’s uncovering of Mossad-run spy ring unlikely to further worsen ties with Israel – Fehim Taştekin – Al-Monitor

"The Turkish media may be abuzz with reports about the foiling of a Mossad-run spy ring, but Israel appears unimpressed, and observers see no...

Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order – Entretien avec Bayram Balci et Nicolas Monceau

Bayram Balci et Nicolas Monceau et les dix contributeurs de Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order publié dans la collection du CERI...

En Turquie, les milieux d’affaires critiquent la politique économique d’Erdogan – Le Monde

"L’économie turque est entrée dans une nouvelle zone de turbulences. La chute de la livre et la mainmise du pouvoir sur la Banque centrale...

A l’Université Boğaziçi M. Erdoğan a trouvé un prétexte pour criminaliser la contestation des étudiants.

Le Monde avec AFP, 1 Février 2021 (article)

Ces attaques surviennent trois jours après l’action d’étudiants qui avaient accroché dans leur université un tableau représentant un site sacré de l’islam orné de drapeaux arc-en-ciel, un geste qualifié par certains d’« incitation à la haine ».

Deux jours après l’arrestation de quatre étudiants accusés d’avoir accroché dans leur université un tableau représentant un site sacré de l’islam orné de drapeaux arc-en-ciel, Recep Tayyip Erdogan s’en est pris avec virulence, lundi 1er février, au mouvement LGBT. Le président turc l’a accusé de « vandalisme » et a déclaré que la jeunesse de son parti n’y adhérait pas.

« Nous allons mener vers l’avenir non pas une jeunesse LGBT, mais une jeunesse digne de l’histoire glorieuse de cette nation », a déclaré M. Erdogan lors d’un discours à Ankara destiné aux cadres de son parti islamo-conservateur, l’AKP. « Vous ne faites pas partie de la jeunesse LGBT. Vous n’êtes pas de ces jeunes qui commettent des actes de vandalisme. Au contraire, vous êtes ceux qui réparent les cœurs brisés », a-t-il ajouté.

Ces propos surviennent donc au surlendemain de l’arrestation des quatre étudiants accusés d’« incitation à la haine ». Deux d’entre eux ont été assignés à résidence et deux autres sont encore en détention. Les autorités affirment que ce tableau représentait de manière irrespectueuse la Kaaba, un édifice cubique datant du VIIesiècle au centre de la cour de la grande mosquée de la Mecque. Elle est le lieu le plus sacré de l’islam.

Le ministre de l’intérieur, Süleyman Soylu, a provoqué un tollé samedi en déclarant dans un tweet, inaccessible en France, que « quatre détraqués LGBT » avaient été arrêtés.

Manifestations à l’université

La Turquie est l’un des rares pays musulmans où l’homosexualité n’est pas réprimée par la loi. En revanche, l’homophobie et la transphobie y sont répandues et les associations LGBT font régulièrement état d’agressions et de discriminations.

Le tableau avait été accroché, vendredi 29 janvier, en face du bureau du recteur pro-Erdogan de la prestigieuse université du Bosphore, Melih Bulu, alors que plusieurs manifestations ont eu lieu ces dernières semaines pour appeler à sa démission. La nomination de M. Bulu, une personnalité extérieure à l’université qui avait tenté en 2015 de briguer un mandat de député sous les couleurs du parti de M. Erdogan, a provoqué la consternation.

Quelques dizaines d’étudiants se sont de nouveau rassemblés lundi devant le campus, où plusieurs centaines de policiers avaient été déployés, pour protester contre le recteur et soutenir les étudiants arrêtés, d’après un reporter de l’Agence France-Presse. Au moins deux manifestants ont été interpellés. Le collectif Solidarité avec Bogazici et un député d’opposition ont publié sur Twitter des vidéos montrant l’arrestation de dizaines d’étudiants emmenés dans des cars de police. Le président turc a accusé certains des manifestants d’être des « terroristes ».

More articles

Latest article

Ariane Bonzon: « Un écrivain turc doit-il avoir fait de la prison pour plaire aux jurys littéraires français? » – Slate

La très bonne nouvelle du prix Femina étranger 2021 attribué à «Madame Hayat», "confirme le succès commercial récent d'Ahmet Altan et de l'une...

Turkey’s uncovering of Mossad-run spy ring unlikely to further worsen ties with Israel – Fehim Taştekin – Al-Monitor

"The Turkish media may be abuzz with reports about the foiling of a Mossad-run spy ring, but Israel appears unimpressed, and observers see no...

Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order – Entretien avec Bayram Balci et Nicolas Monceau

Bayram Balci et Nicolas Monceau et les dix contributeurs de Turkey, Russia and Iran in the Middle East. Establishing a New Regional Order publié dans la collection du CERI...

En Turquie, les milieux d’affaires critiquent la politique économique d’Erdogan – Le Monde

"L’économie turque est entrée dans une nouvelle zone de turbulences. La chute de la livre et la mainmise du pouvoir sur la Banque centrale...

Fehim Taştekin: « Turkey sends mixed signals over Syrian mercenaries in Libya » – Al-Monitor

"Turkey’s withdrawal of a limited number of Syrian militia from Libya is aiming to sidestep potential accusations of spoiling the election process in the...