12.9 C
Paris
lundi, octobre 25, 2021

Rapprochement à petits pas entre l’Arménie et la Turquie – Le Monde

Must read

Marie Jégo: « le jeu dangereux d’Erdogan » – Le Monde

"En menaçant de renvoyer dix ambassadeurs, dont ceux de la France, de l’Allemagne et des Etats-Unis, le président turc renforce son isolement diplomatique et...

Lettre de Osman Kavala détenu sans condamnation depuis 4 ans

Lettre de Osman Kavala, homme d'affaires et défenseur des droits humains, en détention provisoire depuis quatre ans ! Le 22 octobre 2021 « Des expressions telles que...

The Rojava Revolution Has Lessons for Western Feminism – Canada news

"Simply asking questions isn’t enough for Kurdish women—they’re in a crisis.There’s no one size fits all feminism." says Nick Kossovan in Canada news. Betty Friedan,...

Church Architecture of Late Antique Northern Mesopotamia by Elif Keser Kayaalp

Church Architecture of Late Antique Northern Mesopotamia, book by Elif Keser Kayaalp, Oxford Studies in Byzantium, Oxford University Press The book presents an up-to-date look...

“Un an après le conflit de l’automne 2020 dans le Haut-Karabakh, Erevan et Ankara ont repris le dialogue, notamment sur les questions de transport dans le Caucase, laissant entrevoir une possible normalisation de leurs relations,” explique Marie Jégo sur Le Monde.


Un an après la guerre dans le Haut-Karabakh, l’Arménie et la Turquie, qui a permis à l’Azerbaïdjan de remporter la victoire, seraient-elles tentées par une réconciliation ? Ces dernières semaines, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, ont laissé entrevoir la perspective d’une normalisation des relations. Celle-ci sera « progressive », a déclaré le chef de l’Etat turc le 29 août, et se concrétisera « si le gouvernement arménien est prêt à des avancées ». M. Pachinian a salué « des signaux positifs » auxquels il s’est dit prêt à répondre positivement si Ankara ne pose pas de « conditions préalables ».

Lire aussi  Entre Bakou et Erevan, les risques d’une escalade

Début septembre, le chef du gouvernement arménien aurait proposé une rencontre au président turc par l’intermédiaire du premier ministre géorgien, Irakli Gharibachvili, selon la presse arménienne. Le secrétaire du Conseil de sécurité arménien, Armen Grigoryan, n’a pas démenti. « Nous pensons qu’un dialogue à un niveau élevé et au plus haut niveau est l’un des moyens de normaliser ces relations», a-t-il déclaré, vendredi 24 septembre.

Signe précoce de ce réchauffement, Turkish Airlines a été autorisée, dès janvier 2021, à survoler le territoire arménien lors de ses vols commerciaux vers Bakou, la capitale de l’Azerbaïdjan. Un petit pas comparé au lourd passif existant entre les deux voisins. Brouillées de longue date, notamment en raison de la non-reconnaissance par Ankara du génocide des Arméniens par l’Empire ottoman en 1915, la Turquie et l’Arménie n’ont pas de contacts diplomatiques, et la frontière qui les sépare est fermée depuis 1992.

L’ouverture d’un corridor


Le soutien de la Turquie à l’Azerbaïdjan turcophone, dans le conflit qui l’a opposé à l’Arménie, à l’automne 2020, pour le contrôle de l’enclave disputée du Haut-Karabakh, a remis du sel sur les plaies. Ankara, qui entraîne les militaires azerbaïdjanais et les fournit en équipements depuis plus de dix ans, a impliqué son armée, non pas sur le terrain, mais dans la planification des opérations. Des officiers turcs étaient à la manœuvre, supervisant entre autres l’utilisation des drones armés Bayraktar TB2, le fleuron de l’industrie militaire nationale, en plein essor. L’aide militaire turque a été décisive, permettant à Bakou de reprendre le contrôle d’une partie de l’enclave et des sept zones tampons tout autour.

Lire aussiLes drones, nouvelle arme-phare de la défense turque

La victoire écrasante de l’Azerbaïdjan n’a pourtant pas apporté les gains géopolitiques espérés par la Turquie, non conviée aux négociations ayant abouti au cessez-le-feu du 9 novembre 2020 sous l’égide du président russe, Vladimir Poutine. En revanche, l’accord signé à Moscou prévoit l’ouverture d’un corridor routier reliant la Turquie à l’Azerbaïdjan, vers la Caspienne, via l’enclave azerbaïdjanaise du Nakhitchevan.

Prévu pour être sécurisé par des soldats russes, ce corridor permettrait à l’Arménie de se désenclaver, et à la Turquie d’avoir une continuité terrestre avec son allié turcophone et, plus loin, jusqu’à l’Asie centrale. Bâtir un axe routier, une voie ferrée et des aires de service dans cette région délitée sera l’affaire des entreprises turques du bâtiment, c’est ainsi que M. Erdogan le conçoit. Mais, pour cela, il faut renouer avec l’Arménie, d’où le réchauffement programmé.

Lire aussi  En Arménie, la Russie vue comme un « sauveur » et un rempart face à ses ennemis

Autre nouveauté, l’Azerbaïdjan ne s’opposerait plus à ce que l’allié turc ouvre sa frontière avec l’Arménie. Désertée depuis des lustres, cette bande de 180 kilomètres de long n’a jamais vu aucun passage. Fermée à double tour à l’époque de la guerre froide, elle a failli s’ouvrir au moment de la chute de l’URSS en 1991 après qu’Ankara a reconnu l’indépendance de l’Arménie. Mais la première guerre au Haut-Karabakh (1988-1994) a mis fin aux espoirs. Si Bakou donne son feu vert aujourd’hui, l’ouverture de la frontière apporterait une bouffée d’air à tout le sud du Caucase, et offrirait des débouchés aux entreprises aussi bien turques qu’arméniennes.

Camp des ennemis


A Erevan, ce début de rapprochement entre Ankara et Erevan soulève l’indignation de l’opposition et d’une grande partie de la population, qui l’estiment contraire aux intérêts de l’Arménie, exsangue depuis sa défaite. « La Turquie essaye de profiter de notre faiblesse et de l’incompétence du gouvernement pour imposer des conditions préalables, comme la non-reconnaissance du génocide arménien », déclare, agacé, Hovannès Ghazarian, un partisan de l’opposition qui participait, le 21 septembre, à une marche en l’honneur des soldats morts pendant la guerre.

Lire aussi  Renforcé en Arménie, Pachinian reste en position de faiblesse face à la Russie et à l’Azerbaïdjan

Pachinian reste en position de faiblesse face à la Russie et à l’Azerbaïdjan
Ce n’est pas la première fois qu’une telle normalisation des relations est envisagée. En 2009, les deux pays avaient déjà échangé des signaux positifs. Un accord avait été signé et devait aboutir à l’ouverture de leur frontière commune. Il est toutefois resté dans les limbes après des pressions de l’Azerbaïdjan sur la Turquie. Cette fois, Bakou reste silencieux. La guerre des quarante-quatre jours de l’automne 2020 a rebattu les cartes : depuis que l’Azerbaïdjan a reconquis une grande partie des territoires, il ne semble plus s’opposer à un tel rapprochement.

De son côté, la Russie a donné des signes exprimant son souhait d’accompagner ce processus, jugé « logique » maintenant que le conflit est terminé. A Erevan, des responsables politiques estiment qu’une implication de Moscou pourrait faciliter le rapprochement et vaincre les réticences de l’opposition, largement prorusse. Mais le chemin reste long. Lors du premier anniversaire du déclenchement de la guerre, lundi 27 septembre, le ministre arménien des affaires étrangères, Ararat Mirzoyan, a dénoncé les dégâts causés par ce qu’il qualifie d’« agression azerbaïdjano-turque », replaçant résolument la Turquie dans le camp de ses ennemis.

Lire aussi  « On a l’impression d’être en état de siège » : un an après la guerre, la vie bouleversée des habitants du Haut-Karabakh

Le Monde, 29 septembre 2021, Marie Jégo(Istanbul, correspondante) et Faustine Vincent(Envoyée spéciale à Erevan)

More articles

Latest article

Marie Jégo: « le jeu dangereux d’Erdogan » – Le Monde

"En menaçant de renvoyer dix ambassadeurs, dont ceux de la France, de l’Allemagne et des Etats-Unis, le président turc renforce son isolement diplomatique et...

Lettre de Osman Kavala détenu sans condamnation depuis 4 ans

Lettre de Osman Kavala, homme d'affaires et défenseur des droits humains, en détention provisoire depuis quatre ans ! Le 22 octobre 2021 « Des expressions telles que...

The Rojava Revolution Has Lessons for Western Feminism – Canada news

"Simply asking questions isn’t enough for Kurdish women—they’re in a crisis.There’s no one size fits all feminism." says Nick Kossovan in Canada news. Betty Friedan,...

Church Architecture of Late Antique Northern Mesopotamia by Elif Keser Kayaalp

Church Architecture of Late Antique Northern Mesopotamia, book by Elif Keser Kayaalp, Oxford Studies in Byzantium, Oxford University Press The book presents an up-to-date look...

Quand les séries historiques turques épousent la vision du pouvoir – The Conversation

"Des pays du Moyen-Orient à ceux d’Amérique latine, en passant par les Balkans et l’Asie, les feuilletons turcs inondent les écrans de télévision." dit The...