9.1 C
Paris
jeudi, février 2, 2023

En Turquie, la question des réfugiés syriens au cœur des élections présidentielle et législatives – France Info

Must read

Erdogan’s popularity surges to two-year high after boost in spending – Ragip Soylu / MIDDLE EAST EYE

"The popularity of Turkish President Recep Tayyip Erdogan and his party has hit a two-year high following a huge boost in spending and steps that have benefited...

Sweden’s NATO Problem Is Also Turkey’s NATO Problem – Alper Coskun / CARNEGIE

"The image of Turkey standing in the way of Sweden and Finland’s historic decision to join the alliance, against the backdrop of the war...

« En Turquie, l’État de droit recule, et l’influence russe s’accroît » – Marc Pierini / La CROIX

Marc Pierini, ancien ambassadeur de l’UE notamment en Turquie (2006-2011) et Syrie (1998-2002), propose une analyse de la situation de la Turquie à trois...

Pro-Iran group claims attack on Turkey’s base in northern Iraq – AL-MONITOR

"The so-called Bashiqa base, which has long been a source of tension between Ankara and Baghdad, is a frequent target of rocket attacks by pro-Iranian...

« La Turquie est le pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés syriens au monde. La question de leur présence crispe la population et sera l’un des thèmes centraux des élections à venir » rapporte France Info du 24 janvier 2023.

En Turquie, la présidentielle et les législatives devraient être avancées au mois de mai et l’un des enjeux sera la question des réfugiés. La Turquie est le pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés au monde : quelque six millions selon les autorités, dont plus de trois millions et demi de Syriens, dont la présence est de moins en moins bien acceptée.

Lire aussi Syrie : la France a rapatrié 15 femmes et 32 enfants des camps de prisonniers jihadistes, annonce le ministère des Affaires étrangères

La campagne pour les élections approche et la situation se tend pour les Syriens que le gouvernement comme l’opposition entendent renvoyer dans leur pays. À Esenyurt, une banlieue éloignée d’Istanbul, à plus de 30 km du centre, plus de 200 000 réfugiés ont élu domicile, en majorité des Syriens. C’est là qu’il y a un peu plus d’un an des commerces tenus par des réfugiés ont été violemment attaqués et le climat reste très lourd, confirme Nur, une jeune femme arrivée de Damas il y a six ans.

« Si vous allez dans la rue et que vous demandez à des Turcs s’ils veulent ou non des Syriens, ils répondent : ‘Qu’ils retournent dans leur pays, on ne veut pas d’eux.’ Mais les Turcs ne pensaient pas comme ça avant. »Nur

à franceinfo

« A l’approche des élections, conclut-elle, on nous utilise pour récupérer des voix. Ils ont planté ces idées dans les cœurs des Turcs. » Chaque parti entend convaincre qu’il sera celui qui débarrassera le pays de ces millions de réfugiés désormais devenus indésirables.

Lire aussi Élections. En Turquie, le sort des réfugiés syriens au cœur d’une surenchère xénophobe – Courrier International

Les Syriens ont peur et se cachent

Aussi, les réfugiés syriens se font le plus discret possible. Effrayés, ils évitent de traîner dans la rue, ou de se promener. Pour éviter les provocations, mais aussi pour certains par crainte d’un contrôle de police, beaucoup ne sont pas en règle, régulariser sa situation est devenu quasiment impossible. Il leur est aussi difficile de faire des projets, explique Asma : « J’avais un travail que j’ai quitté pour un temps partiel afin d’aller étudier à l’université. Mais quand c’est arrivé et qu’ils ont dit que nous devions rentrer dans notre pays, je n’ai pas pris le risque de dépenser cet argent pour l’université pour rien. Ici, les études sont chères. Et à tout moment, ils peuvent venir me dire : ‘Tu arrêtes tout, tu pars.’ Donc, tous nos projets sont à l’arrêt en attendant de savoir ce que l’on va devenir. »

Le renvoi des réfugiés, c’est le fonds de commerce du Zafer Parti, le parti de la victoire. Son dernier clip a frappé les esprits. Sous une banderole clamant plus un seul demandeur d’asile en Turquie, un rutilant bus rouge. Les Turcs sont invités à acheter un aller simple pour la Syrie, le parti s’engageant à remplir le bus. Alors c’est une campagne pour recueillir des fonds, mais très révélatrice du moment que vit la Turquie.

Lire aussi En Turquie, les réfugiés syriens sont devenus un enjeu électoral malgré eux – Le Monde/Nicolas Bourcier

Lire aussi Gönül Tol : « Erdogan veut une fois de plus utiliser la Syrie pour atteindre ses objectifs nationaux » – Le Monde/Nicolas Bourcier

France Info, 24 janvier 2023, Photo/Ozan Kose/AFP

More articles

Latest article

Erdogan’s popularity surges to two-year high after boost in spending – Ragip Soylu / MIDDLE EAST EYE

"The popularity of Turkish President Recep Tayyip Erdogan and his party has hit a two-year high following a huge boost in spending and steps that have benefited...

Sweden’s NATO Problem Is Also Turkey’s NATO Problem – Alper Coskun / CARNEGIE

"The image of Turkey standing in the way of Sweden and Finland’s historic decision to join the alliance, against the backdrop of the war...

« En Turquie, l’État de droit recule, et l’influence russe s’accroît » – Marc Pierini / La CROIX

Marc Pierini, ancien ambassadeur de l’UE notamment en Turquie (2006-2011) et Syrie (1998-2002), propose une analyse de la situation de la Turquie à trois...

Pro-Iran group claims attack on Turkey’s base in northern Iraq – AL-MONITOR

"The so-called Bashiqa base, which has long been a source of tension between Ankara and Baghdad, is a frequent target of rocket attacks by pro-Iranian...

Défections. Le meurtre d’un chef des “Loups gris” déchire l’extrême droite turque – COURRIER INTERNATIONAL

"Figure montante de l’ultradroite, Sinan Ates a été assassiné le 30 décembre dernier. Les soupçons se portent sur le MHP, un parti d’extrême droite. Un...