3 C
Paris
samedi, décembre 3, 2022

En Turquie, malgré l’autorisation légale, les femmes ne peuvent quasiment plus avorter gratuitement – Franceinfo/Anne Andlauer

Must read

Building restoration program shores up Istanbul’s cultural heritage – Al-Monitor/Andrew Wilks

"Istanbul is working to protect its neglected structures while providing arts and culture spaces for the public" reports Andrew Wilks in Al-Monitor. Behind a yellow...

Analysis: Europe wary of Turkish hub to hide gas ‘made in Moscow’ – Reuters

"President Vladimir Putin's plan to make Turkey a hub for Russian gas in theory could allow Moscow to mask its exports with fuel from...

Les visées de la Turquie en Syrie inquiètent Washington, Bruxelles et… Moscou – Les Echos/Yves Bourdillon

"La Turquie multiplie les menaces envers les Kurdes en Syrie, préoccupant Moscou et Washington pourtant à couteaux tirés par ailleurs. Le président turc, Recep...

Turkish government banks on Gulf financial support to save economy – Al-Monitor/Mustafa Sonmez

"As crucial elections near, Ankara pins hope on financial support from “friendly” countries to ease its foreign currency shortfall and rein in inflation" reports...

« Alors qu’on débat en France de l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution, ce droit est en recul ou menacé, aux États-Unis et dans certains pays européens. Comme en Turquie, où l’IVG est devenu quasi impossible » rapporte Anne Andlauer dans Franceinfo du 7 novembre 2022.

L’avortement est légal en Turquie depuis 1983, et toute femme peut le demander sans avoir à se justifier, jusqu’à 10 semaines de grossesse. En théorie, toujours, la femme a le choix : hôpital public, hôpital privé ou cabinet privé, du moment que l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) est pratiquée par un médecin spécialisé. Or, les ONG de défense des droits des femmes ont noté un tournant depuis un discours de Recep Tayyip Erdoğan en mai 2012, une époque où le président était encore Premier ministre : « Nous préparons une loi sur l’avortement », annonçait le chef du gouvernement.

« Certains nous disent : ‘Une femme peut avorter si elle le veut, c’est son droit’’. Non, c’est un meurtre ! »

RECEP TAYYIP ERDOĞAN, PREMIER MINISTRE, EN MAI 2012, À FRANCEINFO

Face à la mobilisation du mouvement féministe à l’époque, le gouvernement avait dû renoncer à passer par la loi. Mais peu à peu, s’est mise en place une interdiction informelle dans les hôpitaux publics. En 2020, seule une dizaine d’entre eux pratiquaient encore l’IVG, selon une étude de l’université Kadir Has. À Istanbul, une ville de 16 millions d’habitants, un seul hôpital public accepte encore d’interrompre les grossesses non désirées. Aucune directive écrite n’a pourtant été envoyée.

Si la loi n’a pas changé, les médecins qui refusent un avortement ne risquent en revanche aucune sanction. « Dans certains hôpitaux, l’IVG n’est pas pratiquée sur décision du médecin chef. Dans d’autres, c’est plutôt une pression diffuse où les médecins se disent ‘si personne ne le fait, je ne le ferai pas’. Dans d’autres encore, certains seraient prêts à le faire, mais l’équipe médicale s’y refuse, explique la gynécologue Irmak Saraç, membre dirigeante de l’Union des médecins turcs (TTB). Résultat : il est devenu très difficile d’accéder gratuitement à l’avortement ».  

La contraception également rendue compliquée

Les hôpitaux ou cabinets privés sont désormais à peu près les seuls recours pour avorter. Mais qui dit privé, dit cher, et Irmak Saraç s’inquiète pour celles qui n’en ont pas les moyens : « On sait qu’empêcher les IVG ne diminue pas le nombre d’IVG pratiquées dans un pays. Par contre, cela multiplie le nombre d’IVG pratiquées dans de mauvaises conditions, par des personnes pas forcément qualifiées, dans des endroits pas forcément adaptés, plaide-telle. On sait aussi qu’il existe un produit, le Cytotec, qui permet de pratiquer des IVG médicamenteuses. Comme on ne peut pas l’acheter en pharmacie car il n’est fourni qu’à l’hôpital, certaines femmes se le procurent sur le marché noir. C’est moins risqué que les aiguilles à tricoter d’autrefois, mais il reste que tout avortement pratiqué dans un cadre non contrôlé augmente les risques pour les femmes, risque de complications, de blessure, d’hémorragie, de séquelles, voire de mort ».

Et il n’y a pas que l’avortement. L’accès à la contraception est aussi devenu de plus en plus compliqué dans la Turquie de Tayyip Erdoğan, au nom d’une politique nataliste qui ne semble pourtant pas très efficace : l’indice de fécondité des Turques était de 1,7 enfant par femme l’an dernier, contre 2,4 il y a 20 ans.

Franceinfo, 7 novembre 2022, Anne Andlauer, Photo/Murad Sezer/Reuters

More articles

Latest article

Building restoration program shores up Istanbul’s cultural heritage – Al-Monitor/Andrew Wilks

"Istanbul is working to protect its neglected structures while providing arts and culture spaces for the public" reports Andrew Wilks in Al-Monitor. Behind a yellow...

Analysis: Europe wary of Turkish hub to hide gas ‘made in Moscow’ – Reuters

"President Vladimir Putin's plan to make Turkey a hub for Russian gas in theory could allow Moscow to mask its exports with fuel from...

Les visées de la Turquie en Syrie inquiètent Washington, Bruxelles et… Moscou – Les Echos/Yves Bourdillon

"La Turquie multiplie les menaces envers les Kurdes en Syrie, préoccupant Moscou et Washington pourtant à couteaux tirés par ailleurs. Le président turc, Recep...

Turkish government banks on Gulf financial support to save economy – Al-Monitor/Mustafa Sonmez

"As crucial elections near, Ankara pins hope on financial support from “friendly” countries to ease its foreign currency shortfall and rein in inflation" reports...

Orhan Pamuk : « Je suis graphomane et photomaniaque ! » – L’Orient-Le Jour

"De passage à Paris dans le cadre d’une tournée de promotion de son nouveau livre, Souvenirs des montagnes au loin, Carnets dessinés, une invention...