3.8 C
Paris
dimanche, décembre 4, 2022

La crise turque et les débuts de la guerre froide – France Culture

Must read

Building restoration program shores up Istanbul’s cultural heritage – Al-Monitor/Andrew Wilks

"Istanbul is working to protect its neglected structures while providing arts and culture spaces for the public" reports Andrew Wilks in Al-Monitor. Behind a yellow...

Analysis: Europe wary of Turkish hub to hide gas ‘made in Moscow’ – Reuters

"President Vladimir Putin's plan to make Turkey a hub for Russian gas in theory could allow Moscow to mask its exports with fuel from...

Les visées de la Turquie en Syrie inquiètent Washington, Bruxelles et… Moscou – Les Echos/Yves Bourdillon

"La Turquie multiplie les menaces envers les Kurdes en Syrie, préoccupant Moscou et Washington pourtant à couteaux tirés par ailleurs. Le président turc, Recep...

Turkish government banks on Gulf financial support to save economy – Al-Monitor/Mustafa Sonmez

"As crucial elections near, Ankara pins hope on financial support from “friendly” countries to ease its foreign currency shortfall and rein in inflation" reports...

“Comment les Américains ont-ils acquis la conviction que l’URSS de Staline voulait satelliser la Turquie pour étendre son influence au Moyen-Orient?” interroge France Culture dans la série Les crises d’orient, l’hégémonie britannique 1926-1956. Henry Laurens analyse de quelle façon la Guerre Froide, « affrontement mondialisé » entre les Etats-Unis et l’URSS, a pu naître de la crise turque.

Écouter

Henry Laurens, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Histoire contemporaine du monde arabe » poursuit cette semaine encore, son analyse de l’hégémonie britannique entre 1926 et 1956, dans le cadre de sa série pluri-annuelle consacrée aux crises d’Orient. Nous voici à la fin de la guerre où Alliés britanniques et américains se trouvent face à la stratégie de Staline en Europe et au Moyen-Orient. La crise iranienne de 1945 permet aux Américains, comme va l’expliquer Henry Laurens, de faire « l’analogie entre ce qui se passe en Iran et ce qui déroule en Europe de l’Est : un grignotage continu des pouvoirs locaux pour arriver à une domination complète, appelée ensuite en Hongrie la ‘tactique du salami’. » Désormais les Américains craignent « de voir les Soviétiques arriver jusqu’aux rives du Golfe et d’en menacer les immenses richesses pétrolières. » Avec la crise turque, on change d’époque et de dimensions, durablement. Henry Laurens cite une dépêche américaine d’octobre 1945, en partie rédigée par Georges Kennan : 

« les buts de la politique soviétique au Moyen-Orient visent la sécurité et l’agrandissement territorial et sont au confluent de la tradition étatique russe et de l’idéologie communiste. Il en est ainsi de la Turquie qui constitue une vulnérabilité dans le dispositif de défense et la clef d’accès à la Méditerranée. Comme il n’existe pas d’opposition de gauche en Turquie, Moscou va jouer sur l’irrédentisme arménien et l’autonomisme kurde. Ce dernier peut être aussi utilisé en Irak et en Iran. L’action est multiforme : on vendra le stalinisme aux Juifs du Moyen-Orient, l’unité orthodoxe aux chrétiens, le tribalisme en Afghanistan ».

Aujourd’hui, à côté de la figure singulière du président Truman, l’historien fait ressortir de son récit deux grands stratèges américains. Georges Kennan, qui va définir l’endiguement de la progression soviétique et la compétition mondiale entre le modèle américain et le modèle soviétique, base de la guerre froide, et le général Marshall, homme clé de la victoire américaine en Europe, qui va permettre, grâce à son plan, de jeter les bases de tout le système économique occidental d’après-guerre…

Alors suite aux crises iraniennes et turques, comment la présence navale américaine va-t-elle devenir permanente en Méditerranée ? Comment l’arme économique dans le contexte naissant de la guerre froide (l’expression guerre froide est consacrée par la presse à la fin de 1946) devient-elle la toute première arme des Américains face aux ambitions soviétiques ? Les Soviétiques ont-ils eu une politique caucasienne ? 
France Culture, 9 novembre 2021, Merryl Moneghetti, Henry Laurens

More articles

Latest article

Building restoration program shores up Istanbul’s cultural heritage – Al-Monitor/Andrew Wilks

"Istanbul is working to protect its neglected structures while providing arts and culture spaces for the public" reports Andrew Wilks in Al-Monitor. Behind a yellow...

Analysis: Europe wary of Turkish hub to hide gas ‘made in Moscow’ – Reuters

"President Vladimir Putin's plan to make Turkey a hub for Russian gas in theory could allow Moscow to mask its exports with fuel from...

Les visées de la Turquie en Syrie inquiètent Washington, Bruxelles et… Moscou – Les Echos/Yves Bourdillon

"La Turquie multiplie les menaces envers les Kurdes en Syrie, préoccupant Moscou et Washington pourtant à couteaux tirés par ailleurs. Le président turc, Recep...

Turkish government banks on Gulf financial support to save economy – Al-Monitor/Mustafa Sonmez

"As crucial elections near, Ankara pins hope on financial support from “friendly” countries to ease its foreign currency shortfall and rein in inflation" reports...

Orhan Pamuk : « Je suis graphomane et photomaniaque ! » – L’Orient-Le Jour

"De passage à Paris dans le cadre d’une tournée de promotion de son nouveau livre, Souvenirs des montagnes au loin, Carnets dessinés, une invention...