3.8 C
Paris
dimanche, décembre 4, 2022

Les Camondo ou l’éclipse d’une fortune

Must read

Building restoration program shores up Istanbul’s cultural heritage – Al-Monitor/Andrew Wilks

"Istanbul is working to protect its neglected structures while providing arts and culture spaces for the public" reports Andrew Wilks in Al-Monitor. Behind a yellow...

Analysis: Europe wary of Turkish hub to hide gas ‘made in Moscow’ – Reuters

"President Vladimir Putin's plan to make Turkey a hub for Russian gas in theory could allow Moscow to mask its exports with fuel from...

Les visées de la Turquie en Syrie inquiètent Washington, Bruxelles et… Moscou – Les Echos/Yves Bourdillon

"La Turquie multiplie les menaces envers les Kurdes en Syrie, préoccupant Moscou et Washington pourtant à couteaux tirés par ailleurs. Le président turc, Recep...

Turkish government banks on Gulf financial support to save economy – Al-Monitor/Mustafa Sonmez

"As crucial elections near, Ankara pins hope on financial support from “friendly” countries to ease its foreign currency shortfall and rein in inflation" reports...

NORA SENI, SOPHIE LE TARNEC, Babel, sept 2018

Résumé :Considérés comme « Les Rothschild de l’Est », les Camondo, originaires de Constantinople, furent peut-être la famille juive séfarade la plus puissante de France entre le Second Empire et la Deuxième Guerre mondiale.
Leur nom est synonyme de haute finance — ils sont les bailleurs de fonds de la cour ottomane avant de devenir d’importants banquiers parisiens —, mais les Camondo furent également réputés pour leur action philanthropique et, surtout, pour leur rôle de mécènes.
Isaac, ami des impressionnistes, léguera en effet au musée du Louvre pas moins de cinquante chefs-d’œuvre de Degas, Monet, Manet, notamment, qui constitueront l’une des plus importantes donations privées jamais reçues par ce musée. C’est à sa générosité que l’on devra la construction d’un des hauts lieux parisiens de la musique lyrique : le théâtre des Champs-Elysées. Son cousin Moïse créera quant à lui l’extraordinaire musée Nissim-de-Camondo, tout entier consacré à l’art du XVIIIe siècle.
Pourtant, un mystère pèse sur l’histoire des Camondo. Pourquoi ont-ils sombré dans l’oubli ? Comment expliquer que leur nom, autrefois si prestigieux, soit aujourd’hui tombé en déshérence ?
Les auteurs de cette passionnante saga placée sous le signe permanent du tragique et où se mêlent intrigues politiques et financières résolvent avec brio « l’énigme Camondo », alliant, pour le plus grand plaisir des lecteurs, l’art de la narration à la rigueur de l’approche historique.

More articles

Latest article

Building restoration program shores up Istanbul’s cultural heritage – Al-Monitor/Andrew Wilks

"Istanbul is working to protect its neglected structures while providing arts and culture spaces for the public" reports Andrew Wilks in Al-Monitor. Behind a yellow...

Analysis: Europe wary of Turkish hub to hide gas ‘made in Moscow’ – Reuters

"President Vladimir Putin's plan to make Turkey a hub for Russian gas in theory could allow Moscow to mask its exports with fuel from...

Les visées de la Turquie en Syrie inquiètent Washington, Bruxelles et… Moscou – Les Echos/Yves Bourdillon

"La Turquie multiplie les menaces envers les Kurdes en Syrie, préoccupant Moscou et Washington pourtant à couteaux tirés par ailleurs. Le président turc, Recep...

Turkish government banks on Gulf financial support to save economy – Al-Monitor/Mustafa Sonmez

"As crucial elections near, Ankara pins hope on financial support from “friendly” countries to ease its foreign currency shortfall and rein in inflation" reports...

Orhan Pamuk : « Je suis graphomane et photomaniaque ! » – L’Orient-Le Jour

"De passage à Paris dans le cadre d’une tournée de promotion de son nouveau livre, Souvenirs des montagnes au loin, Carnets dessinés, une invention...