18.3 C
Paris
vendredi, août 19, 2022

« L’Etranger de l’Autre » Timour Muhidine a lu le dernier Enis Batur

Must read

« At summit, Erdogan, Putin still divided on SyriaRead more ». Al Monitor staff 

Ankara agreed said Al Monitor on the 5th of August 2022 that part of its natural gas payments to Moscow would be switched to...

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d'assemblages irréguliers de bois secs....

Turkey’s Mission Becomes More Difficult If Attacks on Ukrainian Ports Continue- PANORAMA/Selmin Seda Coşkun

Selmin Seda Coskun from the Thomas More Institute in Paris wrote in Panorama, Online of the 4th of August 2022, an indepth article...

L’accord céréalier, un succès diplomatique pour le président Erdogan. LE MONDE/Marie Jégo

Après la sécurisation du passage d’un premier cargo, le président turc rencontre Vladimir Poutine vendredi, à Sotchi, pour parler notamment de l’Ukraine et de...

Timour Muhidine a lu le dernier livre d’ENIS BATUR: SIMPLE SILENCE pour l’Observatoire de la Turquie contemporaine.

« L’ETRANGER DE L’AUTRE« . TIMOUR MUHIDINE

                  Enis Batur nous a habitués à des formes très diverses de poésie, des romans inspirés par les recherches modernistes ainsi qu’un nombre incalculable d’essais sur la littérature et les arts. Il vient, par exemple, de publier en turc un recueil d’entretiens réalisés avec le peintre Pierre Soulages (Simsiyah, Soulages ile Konuşmak, Kırmızıkedi Yay.) et un impressionnant volume de poèmes (Karanlık Oda Şarkıları) aux éditions Simurg Art dirigées par le poète et traducteur iranien Cavit Mukaddes. A l’image de cette capitale culturelle cosmopolite qu’est Istanbul et où se mêlent désormais intellectuels et auteurs venus de tous les pays arabes, de l’Iran voisin mais aussi d’Afghanistan, l’œuvre emprunte, évoque, joue sur plusieurs mondes, autant à l’Occident qu’à l’Orient et ce, sans céder au néo-ottomanisme un peu kitsch de l’air du temps. Sa manière de rester un homme de lettres contemporain marqué par l’histoire culturelle globale est donc celle-ci : accueillir la production étrangère d’où qu’elle vienne (ce que révèle son rôle d’éditeur depuis 30 ans) mais aussi accompagner la traduction de ses textes en langues amies, des Balkans ou du Moyen-Orient.

                  Avec Simple Silence paru à Istanbul en 2015, il s’essaie au genre de l’essai libre, nourri de légèreté autobiographique et fantaisiste. Une sorte d’entrelacement de lignes courbes qui finit par incarner sa vision de l’écriture : et entre autres, le questionnement adressé à ce compagnon de voyage imaginé dans un train de campagne qui traverse la France innommée. D’une façon très borgésienne, le narrateur suggère une serendipité qu’il guetterait avec beaucoup de curiosité, des années durant, jusqu’à ce que la scène se produise. Prélude à une réflexion sur le rapport réel et fantasmatique qui se noue entre l’auteur et ses lecteurs, aux signes qui s’échangent entre lecteurs d’une même œuvre, Simple silence propose une façon de mystique du fait littéraire où les textes circulent en même temps que les effets, les impressions qu’ils provoquent : mais le catalogue des lecteurs (pour reprendre le terme d’Enis Batur) s’est aussi élargi avec les réseaux sociaux et le mythe de l’inaccessibilité des auteurs sur leur Olympe est désormais caduc. De part et d’autre donc, la fantasmagorie se développe, alimentant les échanges humains et littéraires., tandis que se forme une société des « amis et ennemis des écrits de l’auteur ». On comprend peu à peu que cette contre-histoire est bâtie en empruntant des chemins tortueux…

                  De nombreux synonymes rythment le récit : digression, détour ou déviation, des mots dont l’auteur est friand. Car le texte, chez Enis Batur, dépasse la narration ou plutôt il choisit de servir d’autres buts : l’exploration de l’atelier de l’écrivain, ses craintes, ses désirs et surtout la mise en relief des jeux merveilleux avec ce qui semble relever du hasard mais n’est que le fil bien tracé d’une vie consacrée à l’écriture.

More articles

Latest article

« At summit, Erdogan, Putin still divided on SyriaRead more ». Al Monitor staff 

Ankara agreed said Al Monitor on the 5th of August 2022 that part of its natural gas payments to Moscow would be switched to...

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d'assemblages irréguliers de bois secs....

Turkey’s Mission Becomes More Difficult If Attacks on Ukrainian Ports Continue- PANORAMA/Selmin Seda Coşkun

Selmin Seda Coskun from the Thomas More Institute in Paris wrote in Panorama, Online of the 4th of August 2022, an indepth article...

L’accord céréalier, un succès diplomatique pour le président Erdogan. LE MONDE/Marie Jégo

Après la sécurisation du passage d’un premier cargo, le président turc rencontre Vladimir Poutine vendredi, à Sotchi, pour parler notamment de l’Ukraine et de...

« Turkey’s inflation hits almost 80% as Erdogan insists on low-rate policy ». Mustafa Sönmez/AL MONITOR

"Despite a relative slowdown in July, Turkey’s consumer inflation appears on course to overshoot the central bank’s newly revised year-end forecast of 60.4%" says...