3.8 C
Paris
dimanche, décembre 4, 2022

Une série Netflix aide à panser les plaies des Juifs de Turquie- France 24

Must read

Building restoration program shores up Istanbul’s cultural heritage – Al-Monitor/Andrew Wilks

"Istanbul is working to protect its neglected structures while providing arts and culture spaces for the public" reports Andrew Wilks in Al-Monitor. Behind a yellow...

Analysis: Europe wary of Turkish hub to hide gas ‘made in Moscow’ – Reuters

"President Vladimir Putin's plan to make Turkey a hub for Russian gas in theory could allow Moscow to mask its exports with fuel from...

Les visées de la Turquie en Syrie inquiètent Washington, Bruxelles et… Moscou – Les Echos/Yves Bourdillon

"La Turquie multiplie les menaces envers les Kurdes en Syrie, préoccupant Moscou et Washington pourtant à couteaux tirés par ailleurs. Le président turc, Recep...

Turkish government banks on Gulf financial support to save economy – Al-Monitor/Mustafa Sonmez

"As crucial elections near, Ankara pins hope on financial support from “friendly” countries to ease its foreign currency shortfall and rein in inflation" reports...

Publié en anglais par France 24, traduit en français par l’Observatoire de la Turquie contemporaine

 » Une série Netflix révolutionnaire se déroulant parmi les Juifs de Turquie a connu un succès inattendu dans ce pays, bousculant les tabous et passionnant le public avec son aperçu d’une communauté longtemps négligée  » rapporte France 24.

Le succès mondial des séries télévisées turques – dont les récits sont souvent favorables au gouvernement – a fait du pays une superpuissance du petit écran.

Mais  » The Club  » et sa somptueuse reconstitution de l’Istanbul des années 1950 est une première, notamment parce que certains dialogues sont en ladino, la langue des Juifs d’Istanbul qui dérive de l’espagnol médiéval.

Si les minorités ont autrefois prospéré dans la capitale cosmopolite de l’Empire ottoman, elles ont souffert de persécutions lors de la chute de l’Empire et de discriminations depuis lors.

Les Juifs ont généralement gardé tête baissée pour se protéger, s’en tenant à la coutume juive-turque des « kayades », qui signifie « se taire » « faire silence » en ladino.

Mais  » The Club  » – qui se déroule autour d’une boîte de nuit du quartier européen historique d’Istanbul – met fin à ce silence.

  • Pogrom contre les minorités –

Les attaques et les persécutions qui ont poussé de nombreux Juifs, Grecs et Arméniens à quitter la Turquie au XXe siècle sont abordées, notamment une taxe paralysante de 1942 sur les non-musulmans et un pogrom contre les Grecs en 1955 qui a également déclenché des violences contre toutes les autres minorités.

 » Le silence ne nous a ni protégés de l’antisémitisme ni empêché la migration vers d’autres pays », a déclaré Nesi Altaras, rédacteur en chef du magazine en ligne Avlaremoz dirigé par de jeunes Juifs turcs.

 » Nous devons parler, y compris des questions politiques que les générations précédentes voulaient éviter « , a-t-il déclaré à l’AFP.

Il reste moins de 15 000 Juifs en Turquie, contre 200 000 au début du XXe siècle.

La majorité d’entre eux sont des Séfarades, dont les ancêtres ont fui vers l’Empire ottoman après avoir été expulsés d’Espagne en 1492.

Dans un cas rare où la vie imite l’art,  » The Club  » est devenu l’émission numéro un de Netflix en Turquie au moment même où Ankara tentait de réparer les liens avec Israël.

Si les deux pays ont été historiquement proches, les relations se sont fortement dégradées en raison du traitement des Palestiniens par Israël et de remarques du président turc jugées antisémites.

En effet, jusqu’à récemment, les quotidiens turcs pro-gouvernementaux publiaient régulièrement des articles jugés antisémites.

Mais le président israélien Isaac Herzog a effectué une visite historique en Turquie au début du mois, où il s’est entretenu avec son homologue, Recep Tayyip Erdogan.

Herzog a même visité le quartier d’Istanbul dans lequel se déroule  » The Club « .

Un débat acharné
Le spectacle – et en particulier les scènes de pogroms sur l’avenue Istiklal d’Istanbul en septembre 1955, lorsque des foules ont (….) pillé et saccagé les magasins des minorités – a également suscité un débat féroce dans les médias turcs et en ligne sur la nécessité d’affronter l’histoire.

 » Aucune autre émission de télévision n’a présenté les incidents antisémites de cette période d’une manière aussi remarquable « , a déclaré Silvyo Ovadya, président du Musée juif de Turquie.

 » Nous n’enseignons pas cette partie de l’histoire dans les écoles en Turquie. De nombreux Turcs l’ont appris grâce à la série », a déclaré M. Altaras.

 » La série nous invite à remettre en question le récit officiel et à nous demander : « Qu’est-il arrivé aux Juifs de Turquie ? » », a déclaré Pinar Kilavuz, chercheur sur les Juifs sépharades à l’université Paris-Sorbonne.

Altaras pense que la série a influencé la politique intérieure turque.

 » Ce n’est pas une coïncidence si le leader du principal parti d’opposition vient d’inclure dans sa campagne l’idée de « guérir les blessures du passé », en référence aux attaques contre les minorités », a-t-il déclaré.

Nous faisons partie de ce pays
Pour Izzet Bana, musicien et conseiller de la série, l’émission a accompli un  » miracle  » en recréant le quartier juif de son enfance.

 » J’étais inquiet au début, car d’autres séries caricaturaient les Juifs. Mais la série reflète des personnages réels, loin des clichés », a déclaré Bana.

Malgré ces progrès à l’écran, Mme. Kilavuz estime qu’il reste encore beaucoup à faire pour que les Juifs de Turquie se sentent égaux.

 » Il existe un mythe selon lequel l’Empire ottoman aurait accueilli les Juifs expulsés d’Espagne au 15e siècle », a-t-elle déclaré.

 » Ce mythe est utilisé pour stigmatiser toute personne demandant l’égalité des droits comme faisant preuve d’ingratitude », a-t-elle affirmé.

Même si tout le monde est considéré comme égal devant la loi en Turquie, dans la pratique, les minorités non musulmanes sont confrontées à d’énormes obstacles, qu’il s’agisse d’obtenir un emploi dans la fonction publique ou d’ouvrir ou de réparer des églises ou des synagogues.

Il est également rare de trouver une haute personnalité issue des minorités au gouvernement ou dans les institutions publiques où les musulmans turcs sunnites dominent encore.

Pour Altaras, la série, qui devrait revenir avec une troisième saison, montre à la société turque que les Juifs faisaient partie de  » l’histoire de ce pays « .

 » Nous le savions déjà, mais il est bon que les Turcs s’en rendent compte aussi. « 

France 24, Mars 19, 2022

More articles

Latest article

Building restoration program shores up Istanbul’s cultural heritage – Al-Monitor/Andrew Wilks

"Istanbul is working to protect its neglected structures while providing arts and culture spaces for the public" reports Andrew Wilks in Al-Monitor. Behind a yellow...

Analysis: Europe wary of Turkish hub to hide gas ‘made in Moscow’ – Reuters

"President Vladimir Putin's plan to make Turkey a hub for Russian gas in theory could allow Moscow to mask its exports with fuel from...

Les visées de la Turquie en Syrie inquiètent Washington, Bruxelles et… Moscou – Les Echos/Yves Bourdillon

"La Turquie multiplie les menaces envers les Kurdes en Syrie, préoccupant Moscou et Washington pourtant à couteaux tirés par ailleurs. Le président turc, Recep...

Turkish government banks on Gulf financial support to save economy – Al-Monitor/Mustafa Sonmez

"As crucial elections near, Ankara pins hope on financial support from “friendly” countries to ease its foreign currency shortfall and rein in inflation" reports...

Orhan Pamuk : « Je suis graphomane et photomaniaque ! » – L’Orient-Le Jour

"De passage à Paris dans le cadre d’une tournée de promotion de son nouveau livre, Souvenirs des montagnes au loin, Carnets dessinés, une invention...