18.3 C
Paris
vendredi, août 19, 2022

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Must read

« At summit, Erdogan, Putin still divided on SyriaRead more ». Al Monitor staff 

Ankara agreed said Al Monitor on the 5th of August 2022 that part of its natural gas payments to Moscow would be switched to...

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d'assemblages irréguliers de bois secs....

Turkey’s Mission Becomes More Difficult If Attacks on Ukrainian Ports Continue- PANORAMA/Selmin Seda Coşkun

Selmin Seda Coskun from the Thomas More Institute in Paris wrote in Panorama, Online of the 4th of August 2022, an indepth article...

L’accord céréalier, un succès diplomatique pour le président Erdogan. LE MONDE/Marie Jégo

Après la sécurisation du passage d’un premier cargo, le président turc rencontre Vladimir Poutine vendredi, à Sotchi, pour parler notamment de l’Ukraine et de...

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d’assemblages irréguliers de bois secs. La bande son est saturée de cette menace de tempête qui pourrait tout balayer, qui ne vient jamais mais qui tient le spectateur en haleine. La tempête est ailleurs, dans la tête du personnage principal, dans ses pommeraies qu’il arrose sans réserve de pesticides vendus par l’Allemagne et que les nouvelles dispositions de l’UE rendent impropres à l’exportation.

Une fois la magnificence d’une nature luxuriante établie, le récit avance par séquences qui restituent la complexité des personnages, balayant les clichés et les attendus par des retournements de situations et de rôles. L’épouse du héros déchire parfois son penchant calculateur et mesquin pour se laisser submerger de honte comme lorsqu’elle chipote le prix d’une nappe crochetée, commandée à une vieille dame nécessiteuse. Elle autorisera à l’empathie à prendre le dessus.

Mari et femme apparaissent anxieux de salut spirituel, ils se préparent à faire le hadj. On découvre leurs scrupules, mais aussi les petites mesquineries de ceux auprès de qui, avant de partir pour la Mecque, ils quémandent le pardon pour leurs méfaits infligés. Gestes de générosité et bassesses s’entremêlent, soustrayant au film toute tentation d’idéalisation, donnant au récit force de vérité. Ceci sans altérer la poésie qui s’en dégage et où l’onirique le dispute au réalisme.

Le film est servi par d’excellents acteurs qui rendent intense et compacte la présence à l’écran de personnages tout en émotions rentrées, tout en retenue…au bord du déferlement en…tempête. La silhouette du héros, colosse fatigué, se découpe sur un paysage d’où a disparu le majestueux chêne solitaire, socle de son histoire. L’image imprègne durablement la rétine du spectateur. On avait vu dans une scène du prologue le chêne déployé à l’ombre duquel une mère se repose avec un de ses garçons s’acquittant de corvée et portant l’eau alors que l’autre dort dans un grand berceau. Scène quasi biblique, elle présage pour les deux frères un destin qui évoque celui de Cain et Abel. C’est le nœud de l’intrigue. L’épilogue en dénoue les fils pour dire que le passé est perdu à jamais et que toute offense n’est pas pardonnée.

A la question qu’on lui pose au sujet de la source de son inspiration Semih Kaplanoglu répond « Je veux faire ressentir la douleur des êtres humains, les remords et le désespoir qui se cachent en profondeur alors que j’essaie de dépeindre leurs divergences et leurs contradictions de surface. Je pense que la source de cette souffrance a quelque chose à voir avec ce qui nous relie les uns autres, ce lien invisible et authentique. Hasan s’intéresse à ce lien brisé en apparence mais qui en réalité relie éternellement les deux frères l’un à l’autre« 

On peut espérer que ce très beau film de maturité de Semih Kaplanoglu demeurera sur les écrans français jusqu’en septembre pour rencontrer le public de la rentrée.

Nora Seni

A lire aussi Les promesses d’Hasan dans l’Obs, « «Les Promesses d’Hasan», entrez dans la manigance » dans Libération, Balglilik Hasan, le regard de Semih Kaplanoglu.

More articles

Latest article

« At summit, Erdogan, Putin still divided on SyriaRead more ». Al Monitor staff 

Ankara agreed said Al Monitor on the 5th of August 2022 that part of its natural gas payments to Moscow would be switched to...

Au sujet de « La promesse d’Hasan », film turc, sorti en France en plein mois d’août/Nora SENI

Le vent souffle sans répit dans le film de Semih Kaplanoglu, ployant branches, bruissant feuillages, malmenant les clôtures faits d'assemblages irréguliers de bois secs....

Turkey’s Mission Becomes More Difficult If Attacks on Ukrainian Ports Continue- PANORAMA/Selmin Seda Coşkun

Selmin Seda Coskun from the Thomas More Institute in Paris wrote in Panorama, Online of the 4th of August 2022, an indepth article...

L’accord céréalier, un succès diplomatique pour le président Erdogan. LE MONDE/Marie Jégo

Après la sécurisation du passage d’un premier cargo, le président turc rencontre Vladimir Poutine vendredi, à Sotchi, pour parler notamment de l’Ukraine et de...

« Turkey’s inflation hits almost 80% as Erdogan insists on low-rate policy ». Mustafa Sönmez/AL MONITOR

"Despite a relative slowdown in July, Turkey’s consumer inflation appears on course to overshoot the central bank’s newly revised year-end forecast of 60.4%" says...