12.7 C
Paris
mercredi, mai 25, 2022

Pour les bonnes grâces de l’Egypte la Turquie est-elle en train de s’éloigner des Frères musulmans?

Must read

Turkey threatens new Syria incursion amid NATO debate – Al-Monitor

"Erdogan ups the ante as NATO allies offer cool response to Ankara’s demands over Sweden, Finland membership" says Al-Monitor. President Recep Tayyip Erdogan said on...

Turkey’s foreign policy reset sign of Brotherhood’s dwindling influence – Al-Monitor/Pinar Tremblay

"In addition to economic concerns, the Muslim Brotherhood's dwindling influence in the region and new regional order emerged after the Abraham Accords forced Ankara...

Turkey’s Erdogan says he will blank Greek PM over US remarks – Deutsche Welle

"The Turkish has accused Greek Prime Minister Kyriakos Mitsotakis of telling the US to not sell fighter jets to Turkey. He has called off...

Turkey’s Alevis to open their houses of worship to LGBTQ funerals – Al-Monitor

"Turkey’s major Alevi organizations announce they will open their houses of worship to LGBTQ individuals in support of equal funeral rights" reports Sibel Hurtas...

Ankara resserre l’étau sur les médias égyptiens en exil . « Beaucoup d’opposants au régime d’Abdel Fattah Al-Sissi avaient trouvé refuge à Istanbul et Ankara. Les médias qu’ils y ont créés risquent d’être sacrifiés sur l’autel de la nouvelle politique régionale de Recep Tayyip Erdogan » rapporte Courrier International du 12 mai 2022.

Depuis six ans, la chaîne Al-Sharq diffusait librement ses critiques contre le régime autoritaire du Caire depuis Istanbul. Mais les choses ont bien changé, rapporte le quotidien britannique Financial Times. La chaîne a dû retirer certains contenus de son site, et les autorités turques ont demandé de “ne pas parler du tout d’Abdel Fattah Al-Sissi”, témoigne Ayman Nour, opposant égyptien historique et propriétaire de la chaîne.

Mekameleen TV, autre “chaîne farouchement anti-Sissi”, selon l’expression du Financial Times, a elle aussi annoncé en avril qu’elle cessait ses activités en Turquie, où elle était installée depuis huit ans.

La question des Frères musulmans

Cette annonce a été faite “quelques heures seulement après la très symbolique rencontre [le 28 avril] entre Recep Tayyip Erdogan et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, qui est un allié de l’Égypte”.

Ces pressions exercées sur les deux chaînes s’expliquent par la nouvelle politique régionale du président turc, Recep Tayyip Erdogan, soucieux de rétablir de bonnes relations avec certains pays arabes avec lesquels il a été à couteaux tirés depuis les révolutions arabes de 2011. Il s’agit notamment des régimes égyptien, saoudien et émirati, hostiles au “printemps arabe”, alors qu’Erdogan s’était rangé du côté des révolutions, puis avait soutenu le président égyptien élu Mohamed Morsi, représentant des Frères musulmans.

LIRE AUSSI Médias. Au Moyen-Orient, le casse-tête d’une presse financée par des dictatures

Mais en proie à la crise économique, Recep Tayyip Erdogan s’est résolu à “courtiser les rivaux du Golfe et d’Égypte pour soutenir le commerce”, explique le Financial Times. C’est également ce qui explique la décision turque de mettre un terme à la procédure judiciaire par contumace engagée contre 26 Saoudiens accusés du meurtre de Jamal Khashoggi, journaliste saoudien assassiné en 2018 à Istanbul.

Avec Le Caire, la conciliation se passe “un peu plus lentement”, du propre aveu du ministre des Affaires étrangères turc, Mevlut Cavusoglu, cité par le journal. Les officiels égyptiens “ont très clairement dit quelle était la condition” pour avancer, explique Ayman Nour, de la chaîne Al-Sharq, “à savoir la fermeture des chaînes de télévision qui émettent à partir de la Turquie, ou la restriction de leur champ d’action”.

Des sympathies pro-Erdogan

Pour les journalistes concernés, la situation est d’autant plus délicate que beaucoup d’entre eux sont des sympathisants du président turc et se sentent redevables aux autorités qui continuent de leur offrir l’asile.

LIRE AUSSI Rapport. Comment la Turquie dégringole sur l’échelle mondiale du bonheur – Courrier International

Qui plus est, parmi les quelque 800 personnes qui travaillent pour ces médias égyptiens d’opposition en exil, près de 90 % ont obtenu un passeport turc, selon Aboubakr Khallaf, à la tête d’une association de journalistes moyen-orientaux, cité par le Financial Times.

Plutôt que de “mettre le gouvernement turc dans l’embarras vis-à-vis des pays amis arabes”, nombre d’entre eux ont décidé de relocaliser leurs activités “dans d’autres pays”, sans autres précisions.

LIRE AUSSI Le grand tournant africain de la Turquie – Courrier International

Courrier International, 12 mai 2022, Photo/Ozan Kose/AFP

More articles

Latest article

Turkey threatens new Syria incursion amid NATO debate – Al-Monitor

"Erdogan ups the ante as NATO allies offer cool response to Ankara’s demands over Sweden, Finland membership" says Al-Monitor. President Recep Tayyip Erdogan said on...

Turkey’s foreign policy reset sign of Brotherhood’s dwindling influence – Al-Monitor/Pinar Tremblay

"In addition to economic concerns, the Muslim Brotherhood's dwindling influence in the region and new regional order emerged after the Abraham Accords forced Ankara...

Turkey’s Erdogan says he will blank Greek PM over US remarks – Deutsche Welle

"The Turkish has accused Greek Prime Minister Kyriakos Mitsotakis of telling the US to not sell fighter jets to Turkey. He has called off...

Turkey’s Alevis to open their houses of worship to LGBTQ funerals – Al-Monitor

"Turkey’s major Alevi organizations announce they will open their houses of worship to LGBTQ individuals in support of equal funeral rights" reports Sibel Hurtas...

Thousands join rally in Istanbul against conviction of main opposition chairwoman – Ahval News

"Thousands of people on Saturday flocked to a rally in Istanbul led by the country’s main opposition party to protest a jail sentence handed down...