8.6 C
Paris
vendredi, avril 23, 2021

Nouveau Livre : «et les juifs bulgares furent sauvés … » par Nadège Ragaru

Must read

Biden expected to recognize massacre of Armenians as genocide

Reuters, April 22, 2021, Humeyra Pamuk, Trevor Hunnicutt, Arshad Mohammed U.S. President Joe Biden is expected to formally recognize the massacre of Armenians by the...

« Münevver Andaç (1917-1998), une passeuse des lettres turques en Europe » Esther PEDARROS

Dans la série “Work in Progress” de l’Observatoire de la Turquie contemporaine Esther Pedarros, étudiante en Master2 à l'INALCO (en Arts et Littérature) publie une...

La Turquie d’Erdoğan dans « Actualité juive »

L'hebdomadaire Actualité juive du 15 avril 2021 a publié un dossier sur la Turquie avec les articles de: Alexandre Adler, Frederic Encel et Nora...

Fehim Taştekin « Can Turkey rely on Libyan PM to guarantee its strategic interests? »

Al-Monitor, April 19, 2021, Fehim Taştekin, photography:AA Ankara’s two critical deals with Tripoli remain in limbo even though Libya’s new prime minister raised Turkish spirits...

Presses de Sciences Po, 22 octobre 2020

« Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés.

Au terme d’une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé. »

Nadège Ragaru est directrice de recherche à Sciences Po (CERI-CNRS), où elle enseigne l’histoire et la mémoire du communisme et de la Shoah en Europe de l’Est. Elle a été chercheur invité à l’Université d’Oxford et Reid Hall Fellow à l’Université de Columbia.

More articles

Latest article

Biden expected to recognize massacre of Armenians as genocide

Reuters, April 22, 2021, Humeyra Pamuk, Trevor Hunnicutt, Arshad Mohammed U.S. President Joe Biden is expected to formally recognize the massacre of Armenians by the...

« Münevver Andaç (1917-1998), une passeuse des lettres turques en Europe » Esther PEDARROS

Dans la série “Work in Progress” de l’Observatoire de la Turquie contemporaine Esther Pedarros, étudiante en Master2 à l'INALCO (en Arts et Littérature) publie une...

La Turquie d’Erdoğan dans « Actualité juive »

L'hebdomadaire Actualité juive du 15 avril 2021 a publié un dossier sur la Turquie avec les articles de: Alexandre Adler, Frederic Encel et Nora...

Fehim Taştekin « Can Turkey rely on Libyan PM to guarantee its strategic interests? »

Al-Monitor, April 19, 2021, Fehim Taştekin, photography:AA Ankara’s two critical deals with Tripoli remain in limbo even though Libya’s new prime minister raised Turkish spirits...

« Les investissements idéologiques par le champ du pouvoir, du politique et du religieux de la crise sanitaire COVID-19 en Turquie »

Bayram Balcı et Sümbül Kaya, Institut français d’études anatoliennes, 17 février 2021, photo: Jean-François Pérouse in. Analyses pluridisciplinaires sur la crise sanitaireCOVID-19 en Turquie, Bayram...
Share This

Share This

Share this post with your friends!