6 C
Paris
samedi, janvier 22, 2022

Nouveau Livre : «et les juifs bulgares furent sauvés … » par Nadège Ragaru

Must read

Women directors gathered in Diyarbakir to discuss problems they face in front of and behind the camera – ANF News

"Women directors gathered in Diyarbakir to discuss the problems they face in front of and behind the camera as well as women’s representation in...

Turkish Netflix series turns cameras on pogroms, hidden Greeks – Al-Monitor

'"The Club," whose first season woke the ghosts of Turkey’s Jewish community, turns its lens on Turkey’s Greek Orthodox Community and the pogroms of...

Third Time Lucky for Armenia and Turkey? – Carnegie Europe

"For the third time in three decades, Ankara and Yerevan are trying to normalize relations. In a region plagued by rivalry, distrust, and historical...

Fehim Taştekin: « Turkey aims to keep tensions high in northeast Syria through targeted killings » – Al-Monitor

"In retaliation for a mysterious explosion along the Turkish-Syrian border, Turkey hit several Kurdish positions in the predominantly Kurdish town of Kobani in an...

Presses de Sciences Po, 22 octobre 2020

« Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés.

Au terme d’une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé. »

Nadège Ragaru est directrice de recherche à Sciences Po (CERI-CNRS), où elle enseigne l’histoire et la mémoire du communisme et de la Shoah en Europe de l’Est. Elle a été chercheur invité à l’Université d’Oxford et Reid Hall Fellow à l’Université de Columbia.

More articles

Latest article

Women directors gathered in Diyarbakir to discuss problems they face in front of and behind the camera – ANF News

"Women directors gathered in Diyarbakir to discuss the problems they face in front of and behind the camera as well as women’s representation in...

Turkish Netflix series turns cameras on pogroms, hidden Greeks – Al-Monitor

'"The Club," whose first season woke the ghosts of Turkey’s Jewish community, turns its lens on Turkey’s Greek Orthodox Community and the pogroms of...

Third Time Lucky for Armenia and Turkey? – Carnegie Europe

"For the third time in three decades, Ankara and Yerevan are trying to normalize relations. In a region plagued by rivalry, distrust, and historical...

Fehim Taştekin: « Turkey aims to keep tensions high in northeast Syria through targeted killings » – Al-Monitor

"In retaliation for a mysterious explosion along the Turkish-Syrian border, Turkey hit several Kurdish positions in the predominantly Kurdish town of Kobani in an...

Ce que le Liban peut espérer de la Turquie en matière d’énergie – L’Orient Le Jour

« Une des pistes évoquées lors d’une réunion gouvernementale lundi consiste à importer du courant électrique turc via la Syrie » rapporte Philippe Hage Boutros dans L’Orient...