2 C
Paris
mercredi, janvier 26, 2022

Marie Jégo: « En Turquie, les fondations islamiques proches du pouvoir étendent leur emprise sur la haute fonction publique » – Le Monde

Must read

How Ankara Became Turkish: Excavating the Legacies of Cosmopolitanism Buried in Turkey’s Capital – Ajam Media Collective

Guest post by Kenan Cruz Çilli, a Turkish/Portuguese writer and researcher in Ajam Media Collective: In 1922, Russian artist Yevgeny Lansere came to Ankara upon...

Ottoman Cairo: Religious Architecture from Sultan Selim to Napoleon by Chahinda Karim

“Ottoman Cairo: Religious Architecture from Sultan Selim to Napoleon” by Chahinda Karim with contributions by Menna M. El Mahy, The American University in Cairo...

Fehim Taştekin: “Why Turkey wants to mediate in Ukraine crisis” Al-Monitor

“Erdogan’s offer to mediate between the Russian and Ukrainian leaders reflects Ankara’s growing fears over the conundrums it could find itself in should war...

La Turquie change son nom anglais pour ne plus être confondue avec le mot dinde – Figaro

« La Turquie veut modifier son nom anglais pour ne plus être confondue avec le terme turkey, «dinde» en anglais. Et s’imposer sur la scène internationale »...

« Une fondation islamique liée à la famille du président Recep Tayyip Erdogan mise en cause par les révélations d’un lanceur d’alerte, voilà un tapage médiatique dont les islamo-conservateurs, en perte de vitesse dans les sondages, se seraient bien passés. » dit Marie Jégo sur Le Monde. Ressassé par les médias d’opposition et les internautes, le scandale expose Tügva, la fondation de la jeunesse turque, cofondée par Bilal Erdogan, 40 ans, le fils cadet du chef de l’Etat, qui siège à son conseil d’administration et à celui de plusieurs associations du même acabit.

Selon des documents fournis par un ancien cadre de l’organisation au journaliste Metin Cihan, qui les a publiés sur son compte Twitter, Tügva fait office de « Pôle emploi » pour des milliers de ses membres, admis en priorité dans les grands corps de l’Etat, du ministère de la défense à celui de la justice en passant par l’éducation. Sur un CV, la recommandation de cette fondation vaut davantage qu’un diplôme obtenu dans la plus prestigieuse des universités.

Décrite sur son site comme « la plus grande organisation de jeunesse de Turquie », Tügva possède 404 représentations à travers le pays et gère 58 foyers d’hébergement pour des étudiants garçons. Les foyers pour les filles sont administrés par Turgev, une fondation du même type. Fondée en 2013 officiellement pour favoriser l’émergence d’une « jeunesse morale et fidèle à l’Etat », Tügva a accès aux écoles, aux lycées et aux universités par le biais de partenariats signés avec le ministère de l’éducation nationale.

Lire aussi   En Turquie, Erdogan limoge le recteur controversé de l’université du Bosphore

Ses adeptes animent des cours de morale, de religion, de civilisation. En cas de besoin, ils font passer des messages politiques, comme en 2017, quand ils ont milité pour le « oui » au référendum organisé par M. Erdogan pour élargir ses pouvoirs. L’opinion publique turque sait parfaitement que Tügva et ses sœurs – Turgev, Kadem, YIC, Ensar et d’autres – sont dirigées par des parents et des fidèles du chef de l’Etat, qui y pantouflent.

« La partie visible de l’iceberg »

Il est de notoriété publique que ces organisations, créées avec l’aide des confréries religieuses pour islamiser la société par le bas, jouissent de nombreux privilèges. Généreux, le gouvernement leur accorde des exemptions fiscales, des subventions, des locaux à loyers modérés dans les plus beaux bâtiments historiques du pays.

Ekrem Imamoglu, le maire d’Istanbul issu de l’opposition, en sait quelque chose. Il avait dénoncé ces pratiques peu après son élection en juin 2019, révélant l’ampleur des aides fournies aux fondations par ses prédécesseurs du Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateurs). L’édile tente depuis d’y mettre un terme. Avec difficulté, comme le prouve l’incident qui l’a opposé récemment à Tügva, lorsque l’organisation a refusé de libérer un bâtiment à Büyükada, sur les îles du Prince, malgré une décision de justice.

Démenties par Bilal Erdogan, qui les a qualifiées de « calomnies », les allégations du lanceur d’alerte anonyme ont été confirmées par Tamer Özsoy, un ancien responsable de Tügva pour la province de Van, qui les a décrites comme « la partie visible de l’iceberg ». Dans une interview donnée le 13 octobre au journal en ligne Gerçek Gündem, il a expliqué avoir vu de nombreuses personnes embauchées au palais présidentiel sur la seule foi des « recommandations » données par ces organisations.

Lors des entretiens d’accession à la fonction publique « on demande aux candidats s’ils ont des contacts au sein de Tügva et de Kadem », a-t-il précisé, faisant référence à l’Organisation des femmes et de la démocratie (Kadem), dont la vice-présidente est Sümeyye Bayraktar, la fille cadette du président Erdogan.

« Organisation parallèle »

Pour ce qui est du favoritisme, tout le monde savait. En revanche, personne jusqu’ici n’avait imaginé l’ampleur de l’infiltration. « L’Etat a été partagé entre les différentes confréries religieuses », a déploré Veli Agbaba, député et vice-président du Parti républicain du peuple (CHP, opposition kémaliste), lors d’une réunion de l’Association pour la pensée d’Atatürk, mercredi 20 octobreAu passage, il a qualifié Tügva d’« organisation parallèle », la comparant au mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, l’ennemi juré de M. Erdogan, qui le tient pour responsable de la tentative de coup d’Etat survenue contre lui le 15 juillet 2016.

Lire aussi   Turquie : 337 condamnations à la prison à vie dans le procès du putsch raté de 2016

Quelques années avant le putsch raté, l’AKP et son chef, alors en pleine lune de miel avec les disciples de l’imam Gülen, avaient laissé ces derniers noyauter à loisir les institutions d’Etat, et pas des moindres : la justice, la police, l’armée. Les examens d’entrée étaient contrôlés par les gülenistes, qui, à l’avance, transmettaient les bonnes réponses à leurs protégés.

Les purges déclenchées après 2016 contre le mouvement ont laissé un grand vide au sein des administrations. Il fallait trouver des cadres dont la loyauté ne pouvait être questionnée. C’est à ce moment-là que les fondations pro-gouvernementales dirigées par des proches du président ont pris le relais. On note qu’avec Tügva, le processus d’admission a été simplifié : désormais, pas d’examens, une simple recommandation suffit.

Lire aussi   En Turquie, anatomie d’une purge

Ces allégations sont un caillou de plus dans la chaussure du gouvernement islamo-conservateur, mis en cause par l’opposition et les grands patrons pour sa politique monétaire désastreuse, qui a fait perdre à la livre turque, la monnaie nationale, 59 % de sa valeur depuis 2018. Alors que sa popularité est en chute libre dans tous les sondages, y compris ceux réalisés par des instituts réputés favorables au gouvernement, l’AKP se retrouve confrontée à des révélations embarrassantes venues de personnes qui ont longtemps travaillé dans ses rangs.

Lire aussi   En Turquie, la colère d’une jeunesse qui n’a rien connu d’autre qu’Erdogan Ali Babacan, un ancien ministre de l’économie passé à l’opposition en 2019, a mis les pieds dans le plat lui aussi. Le 10 octobre, Il a raconté à la chaîne privée Tele1 comment, lorsqu’il était au gouvernement, de 2007 à 2015, M. Erdogan demandait régulièrement à ses ministres de lui fournir des formulaires à en tête de leurs ministères réservés aux nominations. Les feuilles, qui devaient être « signées et tamponnées mais non remplies », étaient le plus souvent « ramassées lors des réunions du gouvernement ». Ensuite, M. Erdogan les remplissait lui-même avec les noms des personnes de son choix et le tout était publié quelques heures plus tard au Journal officiel.

Le Monde, 21 octobre 2021, Marie Jégo

More articles

Latest article

How Ankara Became Turkish: Excavating the Legacies of Cosmopolitanism Buried in Turkey’s Capital – Ajam Media Collective

Guest post by Kenan Cruz Çilli, a Turkish/Portuguese writer and researcher in Ajam Media Collective: In 1922, Russian artist Yevgeny Lansere came to Ankara upon...

Ottoman Cairo: Religious Architecture from Sultan Selim to Napoleon by Chahinda Karim

“Ottoman Cairo: Religious Architecture from Sultan Selim to Napoleon” by Chahinda Karim with contributions by Menna M. El Mahy, The American University in Cairo...

Fehim Taştekin: “Why Turkey wants to mediate in Ukraine crisis” Al-Monitor

“Erdogan’s offer to mediate between the Russian and Ukrainian leaders reflects Ankara’s growing fears over the conundrums it could find itself in should war...

La Turquie change son nom anglais pour ne plus être confondue avec le mot dinde – Figaro

« La Turquie veut modifier son nom anglais pour ne plus être confondue avec le terme turkey, «dinde» en anglais. Et s’imposer sur la scène internationale »...

Un film pour Hrant: Projection en présence du réalisateur Ümit Kıvanç

"Mémoire insuffisante pour les mots", un film pour Hrant Dink, journaliste et écrivain turco-arménien assassiné par un nationaliste turc en 2007, réalisé par Ümit Kıvanç sera diffusé...